AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you were there in front of me ; maggie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mr. Melvin Lochlainn

avatar

Féminin nombre de messages : 15
age : 24

MessageSujet: you were there in front of me ; maggie   Mer 24 Juin - 6:14


You were there in front of me ; Maggie



      Melvin venait tout juste de débarquer d'Irlande. Car oui, même s'il habitait l'Angleterre depuis une dizaine d'année, c'était sur l'île verte qu'il avait vu le soleil pour la première fois. Même s'il aimait bien son île, il s'était refait une vie en Angleterre. Un boulot stable au ministère de la magie, une maison, des copains, quoi que des petites amies de passages. Melvin n'arrivait jamais à trouver une femme qui lui allait parfaitement. Toutes celles qui étaient passées dans sa vie avaient immédiatement tenté de l'avoir dans leurs lits. Mais Melvin les laissaient tombées avant. L'amour physique pour lui c'était secondaire. Il voulait trouver une dame avec laquelle il s'entendrait tout d'abord bien. Une femme intelligente et légèrement forte de caractère. Malheureusement, ni sur l'île, ni en sol anglais il n'avait trouvé sa fleur. C'est donc sans remords d'attache qu'il était repartit en Irlande auprès de sa mourante de mère. La vielle réussit à tenir un bon mois encore. Melvin pu retrouver ses cousins, son frère, son amie et petite amie d'enfance, Magalie. Aussi vantard cette réplique puisse-elle paraître, le bel irlandais aurait pu la ravoir en un baiser. Traverser la frontière des deux côté de l'Irlande juste pour venir soit disant auprès de cette femme qu'elle ne connaissait qu'à peine c'était loin d'être plausible.

      C'est à la fin Août, après s'être vêtu de noir pour mettre sa mère sous terre, qu'il revient en Angleterre. On l'avait pourtant prévenu au ministère que lorsqu'il reviendrait, il ne pourrait pas récupérer son poste. On lui avait pourtant promis de lui trouver un autre emploi. Ce ne serait pas difficile, un homme comme lui qui c'était frotté à presque toutes les espèces maléfiques inimaginable. Il avait même fait la connaissance d'un vampire avec lequel il s'était lié d'amitié. À son retour on lui annonça que son expérience allait être utile à Poudlard où il serait professeur de défense contre les forces du mal. On croyait en lui, il jouerait également le rôle de garde du corps de l'école en entier. Étant donner que le ministère n'avait pas vraiment confiance en la starlette de nouveau directeur, il se ferait protecteur des étudiants. Il n'avait même pas prit la peine de défaire ses valises, il était allé directement à l'école. La starlette de directeur avait un charisme certains, mais avait-il du talent avec les jeunes ? Cela restait à prouver. Melvin quant à lui était jeune, avec ses 29 années toutes fraîches, ses conneries de jeunesse s'endormait à peine. S'installer dans son bureau, dans sa chambre et sa classe avait été facile pour lui. Quelques coups de baguettes et les milles et un objet recueillis depuis des années se trouvaient rangés exactement là où il le voulait. On lui avait d'ailleurs dit qu'il allait sûrement être directeur d'une maison, mais pour le moment il n'était pas trop au courant. Disons que la direction ne s'en faisait pas réellement non plus. De son plein gré, il avait ramené des premières années de serpentard jusqu'à leur tanière. Puis lassée d'arpenter les couloirs, sa baguette en main à la recherche de chenapans, il se décida à monter à la tour d'astronomie pour observer les étoiles.

      Le ciel était inspirant, les étoiles nombreuses. Le voile de la nuit était plus sombre que les doux cheveux d'une gitane. Le beau professeur s'assied doucement près de la palissade, les yeux levé vers le ciel. Si seulement cette tour avait été une salle de musique et non une tour d'astronomie. Lochlainn se serrait affairé à écrire les plus jolies mélodies d'amour pour son amante de toujours, la lune. Dans toute sa splendeur et sa grosseur éblouissante. Malgré lui, ses doigts jouaient un air qu'il connaissait bien sur le marbre devant lui. Melvin avait très hâte de rencontrer ses étudiants, il n'en connaissait qu'une. La fille de Dwayne Aberdeen, Maggie. Il ne la connaissait que brièvement. Il savait qu'elle était une fille bien, charmante, un joli sourire et une jolie manière. Il allait également rencontrer ses collègues plus en profondeur au fil des repas partagés avec eu. Il n'avait eu l'occasion de discuter qu'avec le directeur Prowetts et Miss. Cécilia Rösanlys. Des pas discrets se firent entendre derrière lui. Des pas qu'il ne remarqua pas tellement il était distrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maggie Aberdeen
- maggie
isn't she perfect?

avatar

Féminin nombre de messages : 568
age : 26
maison : — Slytherin
crédits : Brain Damage

MessageSujet: Re: you were there in front of me ; maggie   Jeu 25 Juin - 0:42



    La rentrée s’avérait être l’une des seules périodes de l’année que Maggie avait coutume d’appréhender, pour ne pas dire complètement fuir. Non pas qu’elle n’était pas enchantée à l’idée de retrouver ses amies, mais l’appel des cours qui ne tarderaient pas à recommencer suffisait à lui donner une violente nausée. Il va sans dire qu’haussement de sourcils, moue dubitative ― ou alors complètement boudeuse et attitude on ne peut plus acrimonieuse étaient de mise en cette journée que la jeune femme qualifiait aisément de désastreuse. Ce qu’elle craignait le plus? Recroiser le chemin ainsi que le regard de Dexter Sistage. Car bien qu’elle tenait encore à lui et ressentait une certaine envie de le voir, elle savait pertinemment que ces sentiments n’étaient pas ceux qui cohabitaient en son ex. Elle se doutait même qu’il l’évitait tout autant qu’elle le faisait. Jouer à ce jeu de cache-cache devenait pour le plus exaspérant et n’avait que provoqué des soupirs exacerbés chez la petite blonde. Sa journée fut donc peuplée de regards jetés à la dérobé par dessus son épaule et de rires artificiels, entrecoupés d’accolades partagées avec ceux qui feignaient ― ou pas ― être heureux de la retrouver après quelques mois de vacances bien méritées.

    Elle avait passé ces dites vacances à penser à Dexter. Ou du moins, le jeune ténébreux fit quelques apparitions abruptes dans les pensées de la jeune fille, mais elle s’empressait de chasser le souvenir des yeux troublés du jeune homme du revers de la main, en secouant doucement la tête. ainsi Dexter s’évadait de ses pensées qu’il venait hanter, en même temps qu’une cascade de cheveux blonds retombait comme un voile de soie dans son dos. Maggie avait donc passée le clair de ses vacances déchirée entre l’envie tenaillante de retrouver Dexter, pleurer dans ses bras et implorer son pardon et celle de ne plus penser à lui et tirer un trait définitif sur leur relation qui pouvait être qualifier d’ancienne. La seconde option l’emporta. Et elle parvint à ne pas penser à Dexter pendant de nombreux jours. Les jours s’égrainèrent comme tombent les grains de sable dans un sablier de verre. Et elle enferma toutes ses pensées amères dans ce sablier de verre. Mais avec l’arrivée de la rentrée, le verre se brisa. Sans que Maggie ne puisse empêcher le pire, les éclats s’envolèrent, ses souvenirs s’échappèrent. Un sentiment sur lequel elle ne pouvait donner de nom vint serrer son coeur. Elle ne pouvait plus se protéger derrière cette armure de verre.

    Dexter en vue. Elle l’entend. Elle le voit. Elle se défile. En effet, elle venait d’apercevoir Dexter. Et elle ne pouvait tout simplement pas le croiser. Remords, culpabilité et incompréhension se mêlaient en elle, dans un assortiment qui pourrait créer un cocktail explosif si elle venait à le rencontrer face à face. Alors la jeune fille n’eut autre choix que celui de quitter promptement l’endroit ou elle se trouvait. L’envie de s’évader loin de tous ces étudiants qu’elle ne revoyait que trop tôt s’éprit d’elle et la poussa à se diriger vers la tour d’astronomie. Car l’endroit était apaisant. Et se calmer était chose faisant office d’urgence.

    Elle n’était pas seule. Il ne lui faisait pas face mais elle le reconnu pour l’avoir vu quelques fois. Son père lui avait glissé quelques mots sur sa venue à Poudlard en tant qu’enseignant. Jusqu’à maintenant la jeune fille n’avait accordé aucune importance à ce détail qu’elle jugeait de minime. Mais maintenant qu’il était là, elle ne savait que dire, que faire, ni quelles actions posées. Un sourire empli d’une assurance que tous lui connaissait vint se peindre sur ses lèvres, en dépit du rouge qui venait embraser ses joues. Maggie pencha doucement la tête, ce qui provoqua irrémédiablement la dégringolade d’une mèche blonde. Celle ci vint voiler l’océan de ses yeux, alors qu’elle émit un léger soupir. Melvin.

    Dexter était à présent loin de son coeur, loin de ses pensées. Melvin était là. Elle avait toujours été fascinée par le physique de cet homme, mais jamais il ne l’avait intimidée. Maintenant qu’il était en position d’autorité sur elle, elle en perdait tous ses moyens. Elle s’avança vers lui, d’une démarche qu’elle voulait décontractée et assurée. Sourire. Sa main vint agacer quelques mèches blondes qui retombait sur son front. Ses yeux virent scruter l'homme qui se tenait devant elle. Professeur Melvin. Ou plutôt, Professeur Lochlainn.

      maggieMelvin. Professeur Melvin. Professeur Lochlainn. Moi qui aspirait à un moment de solitude, ce n'est pas gagné. J'espère que je ne te - enfin vous - dérange pas. Vous allez bien? Il y a un moment que je ne vous ai pas vu. Vous aimez Poudlard et ses élèves ?

    Elle était consciente de raconter n'importe quoi. Mais que dit-on à un enseignant? Quand il est beau comme un dieu. Quand vous êtes en tête à tête, près d'un ciel étoilé. Dexter qui déjà? ― Elle ne tarderait pas à s'en souvenir, mais pour le moment, un changement d'idées s'imposait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr. Melvin Lochlainn

avatar

Féminin nombre de messages : 15
age : 24

MessageSujet: Re: you were there in front of me ; maggie   Jeu 25 Juin - 2:12


      Melvin s'était tourné juste à temps pour apercevoir la demoiselle se tenant dans l'encadrement de la porte de marbre. Elle n'y resta pas bien longtemps. S'approchant doucement de lui alors qu'un sourire illuminait le visage de l'enseignant pendant qu'il se levait pour lui faire face. Il était bien de reconnaître un visage parmi une foule d'étranger. Et pas un visage ordinaire, un visage qu'il avait vu beaucoup de fois, s'embellissant d'avantage au fil des années qui l'avait fait grandir et devenir la belle jeune femme qui se tenait face à lui en cette nuit. Ses longues boucles blondes descendant en cascade jusque dans le bas de son dos ou presque. Ses perles d'azurs qui brillaient d'une lueur malicieuse dans leurs orbites. Ce sourire aux dents toutes blanches et bien cordées qui ne se faisait voir que lorsqu'elle entrouvrait doucement ses jolies lèvres rosées. Aucuns doutes là dessus, Maggie était définitivement charmante. Il n'avait pas à douter qu'elle aurait pu briser n'importe quel cœur autant de fois qu'elle l'aurait voulu. La voix mélodieuse de la jeune étudiant résonna alors dans la pièce.

      “ Melvin. Professeur Melvin. Professeur Lochlainn. Moi qui aspirait à un moment de solitude, ce n'est pas gagné. J'espère que je ne te - enfin vous - dérange pas. Vous allez bien? Il y a un moment que je ne vous ai pas vu. Vous aimez Poudlard et ses élèves ? ” Les débattements quant à son appellation ne pure que lui procurer un léger sourire. Il était vrai que lorsque l'on mélangeait vie personnel et vie professionnel, les repérés quant au appellations étaient difficiles. Mais étant un jeune professeur, les Monsieur le vieillissait affreusement. Monsieur Lochlainn était habituellement son père, donc trêve de Monsieur ou de Professeur avec lui. Ce serait Melvin pour tous ses étudiants. Voir même Melv' pour les personnes qui le connaissaient un peu plus que simplement en tant que professeur.


      Bonsoir à vous Miss Aberdeen, ou Maggie si je peux me permettre de vous tutoyer. Non vous me dérangez pas du tout mademoiselle, je ne faisait que m'émerveiller devant l'immensité de notre galaxie. Je vais bien, comment pourrais-je aller mieux qu'en ces lieux ? Effectivement, je reviens d'Irlande où j'ai du rendre visite à ma vielle mère. Et pour répondre à votre question, j'adore Poudlard. Ou du moins, ce que j'ai pu en voir. Et toi Maggie, comment vas-tu ? Accepterais-tu de te joindre à moi pour cette magnifique soirée ?

      Répondit-il doucement. Pas tout d'un trait, il prenait tout de même le temps de respirer. Il effectuait des poses, il changeait de ton, il ajoutait des sourires plus ou moins prononcés ci et là. Maggie était une jeune femme très intéressante que l'on gagnait à connaître. Il la connaissait, mais pas si personnellement que cella. À part qu'elle était la fille de son ami, qu'elle avait 17 années et qu'elle était à Serpentard, les informations à son sujet étaient minimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maggie Aberdeen
- maggie
isn't she perfect?

avatar

Féminin nombre de messages : 568
age : 26
maison : — Slytherin
crédits : Brain Damage

MessageSujet: Re: you were there in front of me ; maggie   Jeu 25 Juin - 4:47

      melvinBonsoir à vous Miss Aberdeen, ou Maggie si je peux me permettre de vous tutoyer. Non vous me dérangez pas du tout mademoiselle, je ne faisait que m'émerveiller devant l'immensité de notre galaxie. Je vais bien, comment pourrais-je aller mieux qu'en ces lieux ? Effectivement, je reviens d'Irlande où j'ai du rendre visite à ma vielle mère. Et pour répondre à votre question, j'adore Poudlard. Ou du moins, ce que j'ai pu en voir. Et toi Maggie, comment vas-tu ? Accepterais-tu de te joindre à moi pour cette magnifique soirée ?

    La jeune fille s’empressa de lui offrir la permission de la tutoyer, dans un léger sourire qu’elle ne tenta pas de dissimuler. Jamais elle n’avait été tutoyée par lui, elle ne voulait pas que cette habitude ait raison d’eux tout simplement parce qu’il s’était trouvé emploi dans l’établissement ou elle étudiait. Doucement, la jeune fille se mordillait la lèvre inférieure, en évitant de croiser le regard de son nouvel enseignant. Elle le trouvait on ne peut plus charmant et pour une raison quelconque, elle savait qu’elle ne manquerait pas de rougir, ses joues se transformant en un braisier. Même si son désir aurait été de jouer la carte de l’indifférence, elle n’y serait pas parvenu. C’est ainsi qu’elle joignit les mains, question de créer diversions à ses pensées peut-être déplacées. Et pour montrer un intérêt aux dires de son bel enseignant, Maggie s’inclina légèrement de l’avant, pour regarder les astres qui dans le ciel, brillaient de mille feux. Elle n’avait jamais été du genre à se délecter d’un spectacle offert par la nature, mais en cet instant les étoiles attirèrent son attention. Se joindre à lui était la meilleure chose qui pouvait lui arriver en cette soirée. Elle hocha donc la tête en détachant lentement son regard du ciel d’encre. Les yeux de la jeune fille se posèrent sur les mains de l’enseignant, puis valsèrent en direction de ses yeux. Le sourire de la jeune fille dégageait toujours cette certaine assurance qui ne faisait que lui donner des airs trop sûre d’elle.

      maggieJe veux bien sûr me joindre à toi. Ma journée a été gâchée alors autant la terminer en .. beauté. J'espère que ton avis sur Poudlard ne changera pas. Il y a parfois des élèves bien drôles. ou complètement idiots. Mais je ne veux pas te décourager!

    Le vous venait de partir aussi vite qu’il était venu. Vous était trop étrange. Avec ce simple tu, elle était déjà plus à l’aise. Son rire léger et mélodieux s’éleva d’ailleurs dans la petite pièce, alors qu’elle penchait la tête par devant, comme elle avait coutume de le faire. Elle lui lança un regard rieur et provocateur, en s’adossant près de lui. L’ombre d’un doute plana un moment dans son esprit. La situation était-elle normale? Les enseignants n’étaient-ils pas supposés ne voir leur élèves que dans le cadre des cours? Elle fronça un moment les sourcils, mais elle trouva bien vite réponse à son questionnement. Elle jugea cela de parfaitement normal. Ce l’était après tout. Elle regarda ses mains et confia à Melvin comment elle allait.

      maggieJe vais bien. Hormis peut-être le fait que les cours recommencent. Que mes amies ont préféré rester enfermée dans la salle commune toute la journée plutôt que faire quelque chose d'intéressant. Oh, et que mon ex agit très étrangement, je crois qu'il m'évite. Mais tout va très bien. Nouvelle année. Nouvelles... expériences.

    Le ton de Maggie devenait déjà un peu trop amical. Elle avait cette habitude de parler beaucoup, pour rien, de dire des choses inintéressantes. Sûrement parce qu’elle se sentait intéressante. Elle aimait placer quelques sous-entendus dans ses dires. Comme pour intriguer ses interlocuteurs. Elle posa son regard sur Melvin. Puis elle regarda le ciel sombre. Elle se demandait l’heure qu’il pouvait bien être. Mais bien vite elle fit abstraction de ce détail. Elle avait l’opportunité de passer une soirée avec quelqu’un de mature, agréable, charmant, et surtout, qui n’avait rien à voir avec Dexter. Ce qui était un excellent point. Parce que penser à lui devenait lourd. D’ailleurs, il ne s’était pas faufiler une place dans ses pensées depuis qu’elle avait engagé la conversation avec Melvin. Elle voulait maintenant en savoir davantage sur lui. Il était un ami de son père. Mais quoi d'autre? Elle ne pourrait dire. Elle lui posa donc la question la plus banale qui soit. Question d'être le plus inintéressante possible?

      maggieQu'est ce qui t'as poussé à venir enseigner à une bande de gamins et de jeunes adultes souvent indisciplinés et irrespectueux?

    Si elle voulait l'encourager, ce n'était pas gagner. Mais le sourire et la lueur dans ses yeux indiquait sans doute le léger ton rieur de sa remarque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr. Melvin Lochlainn

avatar

Féminin nombre de messages : 15
age : 24

MessageSujet: Re: you were there in front of me ; maggie   Jeu 25 Juin - 6:15


      Elle lui avait accorder la permission de la tutoyer. Cela allait de sois, il la tutoyait depuis qu'il la connaissait, changer subitement risquait d'être plus troublant pour eux deux que polis. Le jeune remarqua légèrement qu'elle se mordait la lèvre inférieur, mais cet acte ne suscita pas plus de questions chez-lui. Cela pouvait être du simplement à un tic ou a une habitude dans une certaine situation. Melvin n'avait aucunes idées de ce qui pouvait se tramer dans la tête d'un jeune adulte de dix-huit quant à son nouveau professeur de défense contre les forces du mal. Melvin observait Maggie alors qu'il cessait enfin de parler. La demoiselle se pencha doucement vers l'avant pour regarder le ciel. Bien que l'avouer aurait été déplacé pour un professeur, mais le ciel n'était que plus merveilleux alors qu'il reflétait dans ses iris grisâtre et que la lune venait faire chatoyer sa chevelure dorée. Après quelques secondes de contemplation, la jeune serpentard se releva, hochant de la tête pour accepter sa proposition de passer cette douce nuit de Septembre en sa compagnie. En tant que bon professeur, il aurait été de son devoir de ramener Maggie à l'ordre et de la raccompagnée jusqu'à sa chambre avant le couvre feu. Mais Melvin n'était pas encore officiellement professeur, il n'entrait en fonction que le lendemain. Donc trêve de rappel à l'ordre pour ce soir. Il n'avait même aucunes idées de quand était le couvre-feu de Poudlard. Melvin se contenterait de la ramenée à sa salle commune lorsqu'elle aurait sommeil.

      “ Je veux bien sûr me joindre à toi. Ma journée a été gâchée alors autant la terminer en .. beauté. J'espère que ton avis sur Poudlard ne changera pas. Il y a parfois des élèves bien drôles. ou complètement idiots. Mais je ne veux pas te décourager! ” Avait-elle répondu. Cette fille était remplie d'une assurance visible. Dans ses gestes, dans sa voix, dans son regard. Cette fille semblait déterminé, comme si elle savait exactement ce qu'elle voulait et la façon de l'obtenir. Le rire léger et agréable de la demoiselle s'éleva dans la tour. Un rire auquel il répondait avec un sourire complice. Melvin n'avait jamais l'habitude de rire au éclats, ses rires étaient muets, des sourires alors que quelques ha ha muets sortaient de ses lèvres en une bouffée d'air chaude. La demoiselle prit place à ses côtés, s'adossant sur le bord de la tour. Un léger silence c'était installé entre eux. Penchant doucement sa tête vers l'arrière, Melvin repérait quelque constellations à sa portée. Puis la voix harmonieuse de Maggie le fit redescendre sur terre alors que son regard se posait de nouveau sur sa compagne.

      “ Je vais bien. Hormis peut-être le fait que les cours recommencent. Que mes amies ont préféré rester enfermée dans la salle commune toute la journée plutôt que faire quelque chose d'intéressant. Oh, et que mon ex agit très étrangement, je crois qu'il m'évite. Mais tout va très bien. Nouvelle année. Nouvelles... expériences. ” Melvin sentait déjà que la complicité c'était installée entre eux. Le courant passait, comme si quelque chose bien malgré eux, les reliaient sur le chemin d'une bonne entente mutuelle. Il avait plus ou moins remarquer le sous-entendus de ses derniers mots. Oui, il l'avait entendu, un léger sourire était même venu s'afficher à ses lèvres, mais loin de lui l'idée qu'un tel propos puisse ce rattacher à lui à moins qu'elle ne parle d'expérience scolaire. Oh oui, parce qu'avec lui elle allait en vivre de nouvelles expériences scolaires. Il voulait leur montrer comment ce défendre et pas que théoriquement, réellement. Un vrai cour de défense contre les forces du mal adapté au niveau de scolarité des étudiants. Elle le regarda brièvement, puis observa le ciel. Pour Melvin c'était le signe qu'elle en avait dit assez, qu'elle ne voulait pas s'étaler d'avantage sur ses états d'âme. Melv aurait pu la questionner sur ses amies, ses cours préférées ou moins, son ex, ses nouvelles expériences dont elle parlait. Mais non, le jeune homme n'était pas comme cela. Il n'aimait pas aller au fond des choses qui ne le regardaient pas. Non pas que ce soit inintéressant, bien au contraire, Melvin appréciait la compagnie de la jeune femme.

      “ Qu'est ce qui t'as poussé à venir enseigner à une bande de gamins et de jeunes adultes souvent indisciplinés et irrespectueux? ” La voix de Mag résonna de nouveau rieuse de par ses propos. Une question à laquelle Melvin ne s'attendait pas du tout pour dire vrai. Mais il allait répondre franchement à cette question, il ne voyait pas la raison de ce cacher.

      Et bien ce n'était pas réellement mon intention que de devenir professeur. Seulement comme j'ai été absent pendant un moment au ministère pour me rendre en Irlande, ils ont du me remplacer. Et ce aurait été injuste pour celui qui avait obtenu mon poste, de ce le voir retirer à cause de mon retour. Étant donner mon expérience on m'as donc offert d'enseigner à Poudlard et me voilà. Et je ne regrette pas, il est mieux pour la santé physique et mental de côtoyer de jeunes sorcier plutôt que des âmes toutes plus noirs que le ciel de cette nuit.

      Sur ces derniers mots, il baissa son regard qui était allé se crécher dans le ciel alors qu'il parlait de ce dernier. Son regard de terre alla retrouver la demoiselle qui se tenait à côté de lui, juste à côté de lui. Vu d'un œil extérieur, cette distance pouvait sembler déplacée, mais Melvin était loin d'avoir des idées malsaines. Il respectaient les femmes de toutes âges, jamais aucunes pensées obscènes aussi étonnant cela pouvait-il paraître.

      J'espère que tu aimes la DCFM, Maggie. Vous avez un très, très, très bon professeur cette année. À ce qu'on m'as dit, les élèves vont en raffoler.

      Souriant doucement, Melvin souriait toujours, même lorsqu'il était triste il avait un sourire triste à son visage. Il fit un léger clin d'oeil à Maggie. Bien entendu un clin d'oeil complice qui signifiait que ses propos étaient une blanche car il n'était pas si vantard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maggie Aberdeen
- maggie
isn't she perfect?

avatar

Féminin nombre de messages : 568
age : 26
maison : — Slytherin
crédits : Brain Damage

MessageSujet: Re: you were there in front of me ; maggie   Sam 27 Juin - 7:12

      melvinEt bien ce n'était pas réellement mon intention que de devenir professeur. Seulement comme j'ai été absent pendant un moment au ministère pour me rendre en Irlande, ils ont du me remplacer. Et ce aurait été injuste pour celui qui avait obtenu mon poste, de ce le voir retirer à cause de mon retour. Étant donner mon expérience on m'as donc offert d'enseigner à Poudlard et me voilà. Et je ne regrette pas, il est mieux pour la santé physique et mental de côtoyer de jeunes sorciers plutôt que des âmes toutes plus noires que le ciel de cette nuit.

    Maggie hochait la tête, gardant son regard sur lui et buvant avidement ses paroles. Elle adorait le timbre de sa voix, le ton qu’il adoptait et la nuance suave qui s’en dégageait. Il émanait de lui un charme fou, bien qu’elle doutait fortement que la chose soit intentionnelle. Elle ne prononçait le moindre mot et ne jugeait pas bon de l’interrompre. Bien qu’elle était tenaillée par l’envie d’en savoir plus sur cet homme séduisant, et qu’elle n’aspirait qu’à assouvir sa curiosité rarement repue, elle ne daignait poser de questions. Savoir les moindres détails de sa vie privée ne figurait pas en tête de liste des intentions de la jeune fille. Elle trouva par contre ses dires on ne peut plus intéressants, étonnement! et aurait volontiers aimé en savoir plus sur les raisons qui l’avaient poussé à se rendre en Irlande auprès de sa mère. Maggie ne comprenait que de minimes détails du ministère de la magie; jamais elle ne s‘y était vraiment intéressée. Ce n’était pas le genre d’endroit qui éveillait en elle une quelconque fascination. Pourtant, un sourire vint éclairer ses lèvres, alors qu’elle remerciait intérieurement ledit ministère d’avoir envoyé Melvin à Poudlard. Car elle risquait de s’amuser. Et avec lui dans les parages, l’année pouvait bien devenir largement plus intéressante. À cette simple pensée, elle se mordilla la lèvre inférieure. C’était devenu chez elle une réelle manie de laquelle elle ne pouvait se départir. Elle croisa les bras contre sa poitrine, émettant un léger mouvement pour se tourner d’avantage en direction de Melvin. Elle leva le regard vers, lui, s’apprêtant à surenchérir, mais ce dernier poursuivit son monologue, dans un sourire qu’elle qualifia sur le champ de charmant.

      melvinJ'espère que tu aimes la DCFM, Maggie. Vous avez un très, très, très bon professeur cette année. À ce qu'on m'as dit, les élèves vont en raffoler.

    Le rire léger et mélodieux de Maggie s’éleva une nouvelle fois dans la tour, alors que machinalement elle passa une main dans ses cheveux blonds. Elle ne sut trouver pour réponse au clin d’oeil de Melvin qu’un sourire on ne peut plus complice. Elle ne baissa le regard en aucune occasion, conservant en poche son éternelle confiance en elle. Elle n’était pas friande des cours et encore moins des connaissances que les enseignants tentaient de leur faire acquérir. Bien qu’elle avait de l’intelligence pour trois, Maggie n’en faisait que très rarement usage, préférant se la jouer les cancres. Cette attitude faisait craquer quelques garçons et enrager la majorité des enseignants; elle voyait ça comme un deux pour un. Pourtant, bien qu’elle ne l’avait jamais avoué, trop fière et orgueilleuse, elle était fascinée par le cours qu’était la Défense Contre Les Forces Du Mal. Et avec Melvin comme enseignant, elle ne pouvait nier que ce cours s’annonçait plus que passionnant. Elle arqua un sourcil, et dans un sourire énigmatique, elle lui renvoya la balle.

      maggieEs-tu certain que ta source est fiable? Je ne veux pas te contredire, mais il me semble avoir compris tout le contraire. Ou du moins, c‘est ce qu‘on dit. La rumeur court que le nouvel enseignant de DCFM serait un vieux monotone plutôt vieux jeu. Mais bon, peut-être allons nous en raffoler, qui sait.

    Ce fut au tour de la jeune fille de lui renvoyer un clin d’oeil, dans un éclat de rire. Renvoyant la tête par derrière, elle ne put réprimer un nouveau sourire. Bien évidemment, rien de tout cela n’était vrai. Se payer légèrement la tête de Melvin était pour elle un meilleur moyen d’atteindre le niveau de complicité qu’elle cherchait à atteindre avant le début des cours, question d‘avoir une longueur d‘avance sur les autres. Il n’était pas encore entré en fonction, alors autant en profiter un maximum avant qu’il ne franchisse la ligne de l’interdit. Non pas que l’interdit lui faisait peur ni rien. De nouveau, son indomptable manie eut raison d’elle; elle se mordilla la lèvre. Dans ses yeux pétillait une étrange lueur qui ne semblait pas prête de s’éteindre. Bien qu’elle était consciente qu’il avait deviné qu’elle plaisantait, elle le rassura en posant une main doucement sur son bras. Elle serra son avant bras et dans un léger sourire, elle enchaîna.

      maggieJe vais te confier un secret. J‘adore la DCFM. Vraiment même. Je trouve ce cours plutôt fascinant. Et puis, je suis persuadée que tu seras parfait pour enseigner la matière. Les élèves raffoleront de toi, c‘est assuré. J‘en suis la preuve même, je t'adore.. déjà.

    Elle lui adressa un sourire en coin. Elle était consciente d‘en faire légèrement trop. Ou peut-être pas. Elle desserra son étreinte et vint joindre ses mains ensemble, sans faire vaser son regard ailleurs que sur lui. Nouveau sourire de sa part. Oui. Il serait un parfait enseignant. Oui, elle raffolait déjà de lui. Déjà. Et ce n'était que le début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr. Melvin Lochlainn

avatar

Féminin nombre de messages : 15
age : 24

MessageSujet: Re: you were there in front of me ; maggie   Dim 28 Juin - 5:58


      Le merveilleux rire de la demoiselle résonna alors qu'il terminait sa seconde réplique. Par la même occasion, elle passait une main dans sa chevelure dorée à l'apparence si douce. Elle était sublime lorsqu'elle entrouvrait sa bouche pour laisser apparaître un sourire époustouflant en même temps que ses yeux brillaient d'assurance. Celui qui aurait son petit cœur d'ange allait être bien veinard. Melvin se surprenait même à songer que si elle avait été là lorsque lui étudiait à Poudlard, il lui aurait mis le grappin dessus sans attendre plus longtemps. Elle était merveilleuse et en plus intelligente. Mais en y songeant bien, une fille comme elle n'aurait jamais voulu de lui lorsqu'il était étudiant. Il était un ringard de serdaigle. Il n'avait pas de lunette, même qu'il était plutôt mignon, mais il était loin d'être un garçon intéressant. Bien entendu, il était cultivé, mais ça n'intéressait pas du tout les filles. Elles voulaient de mauvais garçons, ce qu'il était loin d'être. Il avait un rêve de travailler au ministère comme aurore, luttant contre la magie noire, depuis qu'il était gamin. Il passait donc ses soirées le nez dans ses bouquins. À cette époque, les filles se fichaient bien qu'il ait un joli accent Irlandais. Il était un étudiant trop sérieux et sans aucuns intérêts. Sa seule et unique à Poudlard fut une élève de Serdaigle venant également d'Irlande, qu'il connaissait depuis qu'il était gamin. Ils furent en couple une bonne année avant que la jeune femme ne le délaisse pour un Poufsouffle. Aujourd'hui c'était bien différent, les femmes n'étaient pas ce qui manquaient dans sa vie. Mais pas tout à fait celles qu'il cherchait.

      “ Es-tu certain que ta source est fiable? Je ne veux pas te contredire, mais il me semble avoir compris tout le contraire. Ou du moins, c'est ce qu'on dit. La rumeur court que le nouvel enseignant de DCFM serait un vieux monotone plutôt vieux jeu. Mais bon, peut-être allons nous en raffoler, qui sait. ”

      Cette fois ce fut au tour de la demoiselle de lui envoyer un clin d'œil. À une vitesse fulgurante, la complicité c'était créer entre eux. Il répondit à son clin d'œil par un énorme sourire. Bien entendu, il savait qu'elle plaisantait. Il n'était pas si veux, il n'était même pas encore dans la trentaine. Et il était tout sauf monotone et vieux jeu, il leur préparait un programme d'enfer pour cette année. La demoiselle qu'il n'avait pas lâchée du regard posa l'un de ses douces mains sur le bras de l'enseignant. Serrant doucement son avant bras dans ce qui ressemblait plus à une caresse qu'à un serrement. Mais Melvin ne voyait de déplacer là dedans, ce n'était qu'un avant bras. Ce n'était pas comme si elle lui prenait la main.

      “ Je vais te confier un secret. J‘adore la DCFM. Vraiment même. Je trouve ce cours plutôt fascinant. Et puis, je suis persuadée que tu seras parfait pour enseigner la matière. Les élèves raffoleront de toi, c‘est assuré. J‘en suis la preuve même, je t'adore.. déjà. ”

      Melvin ne pouvait s'empêcher de sourire à la demoiselle. Il ne pouvait s'empêcher de sourire tout simplement. Rester sérieux, sans aucuns sourire, étant ardu, voir impossible pour le jeune homme. La main tendre de la demoiselle quitta son bras tandis qu'elle se joignait à l'autre juste devant la demoiselle. S'il avait su que la fille de son amie était aussi intéressante, intelligente et charmante, il aurait tenter de la connaître plus tôt. Mais ils avaient encore le temps. Certes les autres trouveraient étrange qu'un professeur passe autant de temps avec une même élève, mais il s'était déjà trouver une excuse. Il pourrait toujours raconter qu'il veillait sur la fille de so amie. Comme ça ils feraient taire les rumeurs mauvaise.

      Alors tu peux te réjouir de déjà être dans les faveurs de ton professeur.

      Il lui fit un tendre sourire, puis porta son regard sur le ciel. Malheureusement, les étoiles avaient froid et étaient partit dormir sous les couvertures de nuages sombres. Il reposa donc son regard sur la jolie Maggie.

      Par contre il va falloir m'expliquer ce qu'une charmante demoiselle fait ici ce soir alors qu'elle pourrait passer une soirée en compagnie de ses nombreux prétendants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maggie Aberdeen
- maggie
isn't she perfect?

avatar

Féminin nombre de messages : 568
age : 26
maison : — Slytherin
crédits : Brain Damage

MessageSujet: Re: you were there in front of me ; maggie   Dim 28 Juin - 7:47


    Elle aimait son sourire. Elle était même obnubilée devant la beauté de son sourire tellement communicatif. Avant cette soirée, elle n’avait jamais vraiment porté attention au charme qui émanait de toute la physionomie de Melvin. Elle l’avait toujours simplement vu comme l’ami de son père. Comme celui qui venait lui parler quand elle était petite. Comme un adulte comme tous les autres. Pourtant, maintenant qu’elle se permettait de le détailler du regard, sans la moindre gêne d'ailleurs, elle découvrait toutes les facettes que jamais elle n’avait vraiment daigner remarquer. Elle mit du temps à comprendre ce qu’elle ressentait face à lui, mais maintenant, tout était plus clair; elle était tout bonnement fascinée par lui. Parce qu’il était plus âgé. Parce que son sourire avait tout de charmeur. Parce qu’il était là, devant elle, et parce que la complicité qui s’était instantanément installée entre eux était étonnante. Elle se sentait différente avec lui, mais elle ne savait dire quels changements s’étaient opérés en elle. Elle était à l’aise, sincère et agréable. Ce qu’elle n’était généralement pas.

      melvinAlors tu peux te réjouir de déjà être dans les faveurs de ton professeur.

    Ces simples mots firent naître un sourire sur les lèvres de la jeune fille. Et à partir de ce moment, le sourire ne la quitta plus une seconde. Elle ne savait que penser de cette révélation, mais elle adorait tout simplement. Jamais aucun enseignant n’avait vraiment su apprécier Maggie. Elle était désagréable avec la majorité de ses supérieurs et ils avaient tous, ou la majorité, goûté au caractère cancre de la jeune fille. Ils la plaçaient souvent sur la liste noire avant même qu’elle n’ouvre la bouche. On ne l’aimait pas, point. Et Maggie se faisait un réel plaisir à imaginer les professeurs parler en mal d’elle, entre eux, après les cours. Déjà être dans les faveurs de Melvin était une première, elle ne pouvait que s’en délecter. Bien sûr, sans doute disait-il simplement cela parce qu’elle était la fille d’un ami, mais elle en était tout de même réjouie.

      melvinPar contre il va falloir m'expliquer ce qu'une charmante demoiselle fait ici ce soir alors qu'elle pourrait passer une soirée en compagnie de ses nombreux prétendants.

    Elle ne put s’empêcher de rire. Elle secoua la tête, refusant de répondre à une telle question. Elle ne savait que répondre. Après tout, elle ne pouvait pas lui dire qu’elle préférait la compagnie de l’homme le plus séduisant de l’école à celle de gamins qui se pâmaient devant elle. Elle ne voulait pas dépasser les bornes en le couvrant de compliments qui pourraient s’avérer déplacés. Quoique jusqu’à maintenant, ils semblaient très à l’aise l’un avec l’autre, donc peut importe ce qu’elle disait, elle paraîtrait décente. Elle avait toujours été le genre de jeune fille enjôleuse, usant de tous les charmes possibles pour faire craquer les garçons. Celui qui était dans son point de mire n’avait habituellement aucune chance de s’en sortir, car elle n’était pas réputée pour lâcher prise aisément. Et tout portait à croire que son nouveau point de mire était Melvin. Elle se trouvait ridicule d’être sous l’emprise du charme d’un enseignant à venir, qui plus est était l’ami de son père, mais elle n’y pouvait rien. Ainsi Maggie était faite. Elle croisa les bras contre sa poitrine. Elle haussa un sourcil.

      maggieMes prétendants ne sont pas si nombreux. Ou du moins pas à ma connaissance. Enfin, peut-être que si. Mais je préfère largement passer ma soirée en compagnie de mon très séduisant futur enseignant.

    Elle n’avait pas vraiment répondu à sa question. Mais la raison pour laquelle elle était là était simple; elle évitait Dexter. Et elle ne voulait pas parler de ça, ce serait s’aventurer en terrain glissant. Et puis parler de Dexter était la dernière de ses envies. Même penser à lui était la dernière chose qu’elle voulait faire. Alors elle préféra répondre la première chose qui lui traversa l’esprit. Lorsqu’elle se rendit compte des paroles qu’elle venait de prononcer, elle détourna la tête pour dissimuler un sourire en coin. Un drôle de sentiment l’habitait. Elle se sentait comme une gamine de quatorze ans, elle ne se reconnaissait plus du tout. Elle n’avait plus l’impression d’être elle même. Mais en même temps, elle ne s’était ajamais autant sentie ‘elle’. Elle avait l’impression qu’elle n’avait rien à cacher, qu’elle n’avait pas besoin de jouer. Elle pouvait être elle tout simplement. Une Maggie simple et sans artifices. Elle ne put s’empêcher de surenchérir aussitôt.

      maggieJe pourrais te renvoyer la question. N’as-tu pas mieux à faire que discuter avec une gamine que tu devras endurer dans tes cours? Tu n’as pas des cours à préparer? Ou des collègues à rencontrer? Peu importe, je ne m’en plains pas. Il est agréable de faire plus ample connaisance. Et puis tu te rendras vite compte, les enseignants ici sont en général mortellement ennuyants. En général je dis bien. Il y a exception à chaques règles.


    Elle n’ajouta rien, gardant son regard rivé sur lui. Elle n'avait pas sourit autant depuis longtemps. Elle était même étonnée d'être si légère et joyeuse. Après les derniers événements. Elle était bien. Point. Si cette soirée pouvait s’éterniser, elle serait la première à sauter de joie. Pourtant, il finirait bien par se lasser d’une discussion sans but avec une élève. Elle se doutait bien qu’il n’aurait bientôt plus le choix de prendre congé d’elle, à la recherche de meilleure occupation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: you were there in front of me ; maggie   

Revenir en haut Aller en bas
 
you were there in front of me ; maggie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Où sont les membres du Front de Lespwa, reveillez-vous ?
» Maggie Green [Validée]
» La droite américaine est beaucoup plus à droite que le Front national.»
» Nikita - Maggie Q
» Maggie ♥ |End|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Priori Incantatum :: ♦ LES HAUTES TOURS. . . :: — Tour d'Astronomie.-
Sauter vers: