AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « i'm a barbie girl, in a barbie world »

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Jeu 20 Nov - 19:41

— And you; Muggle ?;;
    pseudo; Ahh x) On va voir si tu me reconnais!
    âge(facultatif); Tu le sais déjà
    niceau de rp ?; Et ça tu sais très bien que je ne peux pas me jugée
    avatar ?; La sublime Clémence Poésy
    code ?; CODE BON
    votre avis sur le forum ?; Magnifique, comme toutes tes créas Lexi, && tout le monde sait comme j'aime Pi*
    présence ../7; 6.5/7 sauf exeption
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Jeu 20 Nov - 19:45

— Chapter one;;
« You know you love me »


Ness Miller passa sans accorder un seul regard au garçon qui la regardait. Elle poussa un soupir méprisant et continua d’avancer pour aller rejoindre la fille qui se trouvait dans la file. Un sourire éclaira son visage délicat.

- Lila ! Je suis contente de te voir !
- Moi aussi Ness &. Tu le sais parfaitement.

Ness sourit encore tandis qu’elle prit place à côté de son amie. Lila était vraisemblablement la seule et unique fille qu’elle acceptait de côtoyer, la seule que la sublime et froide Ness Miller acceptait. Vous savez que vous m’aimez. Oh oui, personne ne pouvait ne pas aimer Ness. Elle était belle, populaire et adorée par pas mal de monde dans son bahut. Y compris par la jolie Lila. Et tout le monde sait à quel point Lila avait du sacrifier pour être la meilleure amie de Ness. Pour être son amie, il fallait accepter de toujours passer en deuxième, d’être toujours considérée comme moins belle, d’être juste la meilleure amie de Ness et non juste Lila. Mais le sacrifice en valait la peine, Ness aimait Lila, elle l’aimait à sa juste valeur, elle l’aimait vraiment et Lila ne pouvait espérer mieux.

- Qu’est-ce qu’on fait ce soir Ness ? interrogea-elle avec un air ingénu
- Comme d’habitude.

Un grand sourire se dessina sur le fin visage de la jeune fille.

- Nessie, tu es sûre que c’est raisonnable ?
- Ne m’appelle pas Nessie, tu sais que je déteste ça ! Et tu sais aussi que je déteste être raisonnable.
- Mais…
- Je t’ai accepté Lila, tout le monde t’envie ! Alors tu dois être tout sauf raisonnable ! la coupa Ness

Lila ouvrit la bouche puis la referma instantanément, à quoi bon continuer de parler ? Ness n’accepterait jamais d’entendre raison, elle en était certaine. Avec un soupir, elle se mit quelques aliments sur son plateau et se dirigea vers la table à côté de la fenêtre, celle qui était toujours libre avec qu’elles ne s’assoient, tous sachant que c’était la table de Ness. Celle-ci arriva derrière elle et s’assit, faisant glisser sa chaise avec grands bruits. Si quelqu’un avait le malheur de lui faire une remarque, elle le foudroyait du regard jusqu’à ce qu’il se sente tellement mal qu’il détourne les yeux. Non, Ness Miller n’était vraiment pas une fille facile à supporter. Elle avait de longs cheveux blonds comme les blés, clairs et soyeux qui brillaient toujours lorsque le soleil venait s’y reflétait, elle avait une peau très pâle, presque blanche et un visage magnifiquement fin où brillaient toujours ses deux beaux yeux si bleus qu’on avait l’impression de s’y perdre. Elle saisit la seule chose présente sur son plateau, une pomme aussi rouge que ses lèvres et la porta à sa bouche. Dévoilant ses dents blanches, elle en croqua un morceau avec délice. Lorsqu’elle remarqua que Lila l’observait, elle s’exclama :

- Quoi ?! J’ai du rouge à lèvres sur les dents?

Il arrivait souvent que Ness ne soit pas très sympathique, méchante même et Lila avait beau être son amie, elle n’était pas épargnée.

- Non, je te regardais juste.
- Et bien mange alors au lieu de me regarder, on a du boulot à faire !

Ness décidait, Lila obéissait, c’était ainsi et il ne se trouvait personne pour s’en étonner. Aussi Lila se contenta elle de baisser les yeux et d’entamer son plat sans grand appétit. Parfois elle en avait assez de devoir faire passer les désirs de Ness avant les siens mais il suffisait que son regard se pose sur sa meilleure amie pour que ses doutes passent. Elle adorait Ness et son amitié était la chose la plus précieuse qu’elle possédait, pour rien au monde elle ne l’aurait gâché. Elle était si reconnaissante à Ness de l’avoir acceptée, elle et non quelqu’un d’autre. Et même si Ness n’en disait rien, elle savait qu’elle l’adorait elle-aussi. A la seconde près où Lila finit son yaourt, Ness la pria de se dépêcher et elles coururent ensemble vers leur salle de classe. Lila s’assit au premier rang tandis que Ness s’affala sur la table du fond comme à son habitude.

- Vanessa Miller ! Si vous vous permettez encore une seule fois d’être en retard, c’est l’heure de retenue ! s’exclama le vieil homme qui leur servait de professeur

Il avait bien souvent dit à Lila qu’elle était idiote de se laisser entrainer dans les bêtises de cette fille insolente qu’était Ness, mais Lila ne l’écoutait pas, Ness n’était pas idiote, elle n’éprouvait simplement aucune envie de travailler en cours. Et comme toujours, Lila se tourna vers son amie pour voir ses si beaux traits défigurés par la rage que lui inspirait cet homme qui la détestait autant qu’elle le détestait.

- Je m’appelle Ness !

Un sourire cruel apparut sur le visage du professeur. Il n’était pas sadique, non, mais il détestait cette gamine insolente qui se prenait pour quelqu’un et Ness le lui rendait bien.

- Non, vous vous appelez Vanessa et il faudra bien que vous vous y fassiez un jour.

Vanessa. Ness détestait ce prénom, elle le détestait autant que l’être qui le lui avait donné. Et il était dangereux de le lui rappeler. Furibonde, elle attrapa son sac et sortit de la salle de classe en claquant la porte. C’était également pour cela que la plupart du temps, Ness manquait ces cours, elle n’y assistait presque jamais mais ce vieil homme au ventre proéminant avait renoncé à la coller, il n’y aurait rien à gagner, il savait aussi bien que les autres que Ness ne s’y présenterait pas. Dehors, la jeune fille poussa un soupir, puis dégagea son front de ses longs cheveux blonds. Elle avança rapidement, ne souhaitant pas s’attarder ici, à quoi bon ? Mais elle ne décida pas pour autant de rentrer chez elle, oh non, elle préférait être n’importe où du moment que ce n’était pas là-bas. Ness n’avait pas de maison, pas de chez elle, si ce n’était cette petite caravane qu’elle avait trouvé abandonnée. Parce que dans la maison de sa famille, elle ne pouvait trouver que son père, cette blondasse décolorée répugnante qui était censée lui servir de mère et ses deux enfants aussi vils et idiots qu’elle. Elle prit donc le chemin de la forêt, son sac sur son épaule, un sourire sur le visage. Oui, Ness ne se sentait jamais chez elle si ce n’était dans cette forêt, dans cette clairière avec cette caravane qu’elle avait réaménagée lorsqu’elle l’avait trouvé. Une fois arrivée, elle ouvrit les fenêtres de la caravane pour l’aérer, sortit une couverture et l’étendit par terre, au bord de l’étang. Elle s’y assit après être allée chercher un bouquin. C’était un vieux livre mais pas poussiéreux, non, elle l’utilisait souvent. Elle laissa courir ses doigts sur la couverture avant qu’elle ne l’ouvrit avec délice. N’importe qui qui aurait trouvé ce livre l’aurait pris pour une folle, ou une jolie idiote qui croyait à n’importe quoi. Car le sujet de ce livre n’était autre que la sorcellerie. Bien sur, Ness y croyait, elle prenait elle-même des cours par correspondance, son père refusant de la mettre à cette école si spéciale dont elle aurait tant voulu être. « Je sens cette magie circuler en moi, elle est présente dans chaque fibres de mon corps, elle est présente dans chacun de mes gestes, elle est présente dans tout mon être. Avait-elle un jour dit à son père » Cela avait suffit pour qu’elle se prenne une claque. Son père n’avait plus jamais voulu en entendre parler mais elle avait continué à essayer de lui en parler, ne se souciant guère des conséquences de ses paroles. Un jour, elle lui avait dit qu’elle apprendrait coute que coute et qu’il ne pourrait l’en empêcher, ça avait été sa première nuit dehors. Mais il savait aussi bien qu’elle qu’il ne pourrait pas l’empêcher d’apprendre, que ce pouvoir à porté de main la consumerait s’il refusait de la laisser apprendre alors il avait accepté. Cours par correspondance. Son verdict était tombé comme ça, un soir où il n’était que tous les deux. Alors Ness, les yeux embués de larmes, s’était sauvée. Mais malgré tout, elle avait appris, elle avait enchainée progrès sur progrès, elle était douée et elle le savait. Ness avait beau ne rien faire au bahut & être on ne peut plus paresseuse, elle pouvait aussi être très studieuse dès qu’il s’agissait de magie. Elle continua de feuilleter son bouquin jusqu’à ce qu’un bruit la fasse sursauter. Elle laissa glisser le livre entre ses doigts fins et s’approcha de la caravane, certaine que le bruit venait de là. Et elle avait raison, devant elle se trouvait un garçon. Il était grand, le teint aussi mat que le mien était pâle, malgré l’impression de force qui émanait de lui, il ne semblait pas menaçant, même pas méchant.

- Qui es-tu ? l’interrogea aussitôt Ness, sur ses gardes
- Je pourrais te retourner la question. répliqua celui-ci
- Sauf que tu es chez moi.
- La forêt est à tout le monde.
- Peut-être mais ça c’est mon coin ! Alors dégage !
- Mais tu as un très joli coin…, euuh ?
- Ness.
- Ness ? C’est vraiment bizarre comme prénom, en tout cas moi c’est Tyler.
- Et si je m’en fiche ?
- Ba, tu t’en fiches.

Ness ne répondit rien, bien qu’elle avait une folle envie de donner un coup de poing à cet imbécile qui osait squatter chez elle et traiter son nom de bizarre.

- Ecoutes Tyler, j’ai pas besoin d’amis, j’ai pas besoin de toi et c’est ridicule de penser que je voudrais que tu restes. Alors je n’ai qu’une chose à et dire, vas t’en !
- Non mais attends, Ness, je ne suis pas là pour t’obéir, je ne suis pas là pour t’aider non plus, je suis là parce que j’ai envi d’être là.
- Et bien moi je n’en ai pas envie !
- Ouais pt’être, mais ça j’m’en fous.

Ness prit une expression scandalisée, ce type osait lui dire ça, à elle ! Elle voulut lui donner un coup mais avant même sa main ne touche la joue du garçon, il la lui saisit d’un geste calme et instantané, comme un simple réflexe.

- Lâches-moi ! siffla-elle
- Hé, c’est toi qui viens d’essayer de m’taper !
- Et alors ? T’es chez moi & tu m’emmerdes !
- Ness, il faut que tu te calmes d’accord ? Je peux t’aider.
- Je croyais que t’étais pas là pour m’aider !
- Et bien en fait… Si !
- Alors tu sais déjà que j’ai pas besoin de toi.
- Ness, je peux t’aider.

Un sourire triste apparut sur les lèvres rouges de la jeune fille.

- Non, tu ne peux pas.

Tyler soupira, conscient que ce qu’il venait d’entreprendre ne serait pas aisé de la raisonner ou même de l’aider. Il sut aussi qu’il n’y avait qu’une chose à faire pour lui faire entendre raison.

- Je suis un sorcier Ness.

Son beau visage entier était un point d’interrogation. Un sorcier ? Lui ? Cet emmerdeur de première ? Mais pourquoi serait-il venu la voir ?

- Quoi ? Attends, qui es-tu ? Qu’est-ce que tu viens faire ? Pourquoi tu me dis tout ça ? Qu’est-ce que tu me veux ?
- Ca fait beaucoup d’interrogation.
- Je suis sérieuse !

Il poussa un nouveau soupir avant de s’assoir sur la couverture qu’elle avait auparavant étendu par terre.

- Je… En fait, j’ai beaucoup entendu parler de toi et je savais déjà que tu t’appelais Ness, enfin, que tu te faisais appeler Ness.
- Non, je m’appelle réellement Ness. Je refuse de m’appeler Vanessa !
- Ouais mais le truc c’est que tu t’appelles pas Vanessa. Ta mère ne t’aurait pas appelée comme ça si elle avait eu son mot à dire, elle détestait ce nom.
- Quoi ? Tu connais ma mère ? Elle va bien, à quoi elle ressemble, est-ce qu’elle est mariée, elle a des enfants ?
- Ness.
- Je ne m’appelle pas Ness !
- Non en fait, tu t’appelles Audrey. Et ta mère est… morte.

Ness sentit ses yeux se remplirent de larmes. Elle ne connaissait même pas cette femme et pourtant elle avait l’impression de la connaître depuis toujours. Toute son existence était remise en question par ces quelques mots. Sa mère était morte et elle s’était toujours appelée Audrey.

- Alors Maman détestait ce prénom autant que moi ?

Si le fait que Ness appelle cette femme qu’elle n’avait jamais connu Maman l’étonna, il n’en souffla pas un mot.

- Vanessa ? Ouais et pas qu’un peu.

Un sourire se dessina sur le visage de Ness, elle avait toujours souhaité qu’un jour quelqu’un vienne lui dire qu’elle avait été adoptée, que son père n’était pas son vrai père, qu’elle avait… Ouais, c’était comme un rêve, à une exception prêt, elle avait toujours rêver que ce serait sa mère qui venait la chercher, qu’elle se serrait dans ses bras, qu’elle lui disait qu’elle était désolée de n’avoir pu la prendre, qu’elle l’aimait, qu’elle l’aimait et que plus rien ne les séparerait jamais. Mais sa mère était morte, définitivement morte.

- Alors, alors elle ne viendra jamais me chercher, pas vrai ?

Elle avait le sentiment d’être encore une gamine, une gamine à qui on vient de dire que son rêve le plus cher ne serait jamais réalisé.

- Je suis désolé Ness, mais tu sais, tu as encore de la famille, enfin je veux dire, une vraie famille.
- Vraiment ?
- Ouaip, et, si je suis là c’est parce que je suis ton frère.






Dernière édition par Alice J. Loyd le Sam 22 Nov - 17:45, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Jeu 20 Nov - 19:47

Ness qui était allée chercher une bouteille d’ice-tea la lâcha et celle-ci se renversa sur la couverture avec grand bruit.

- Quoi ?
- Oui, je suis ton frère, enfin, ton demi-frère. Ta mère, c’est ma mère mais on a pas le même père.
- Répètes un peu plus lentement s’il-te-plait.
- Ness.
- Audrey.
- Audrey.
- Oui ?
- Tu vas vraiment le prendre comme ça ?
- Le prendre comment ?
- Comme si c’était la meilleure nouvelle qui soit.
- Je suis censée le prendre comment ?
- Ce que je viens de te dire remet toute ta vie en question. Tu avais une famille maintenant tu apprends que tu as un autre nom, que tu n’es pas réellement cette fille, Ness. Et ça apporte des nouvelles questions, des questions dont les réponses influeront sur chaque minute de ton existence.
- Comment ma mère est morte ?
- Je… En fait, j’en sais rien, mais tout ce que je sais, c’est que c’est pas naturel.
- Mon père est un meurtrier, c’est ça ?
- Audrey.
- Non, je vois très bien ce que tu veux dire. Excuse-moi, j’ai besoin d’être un peu seule, je pense que tu comprendras aisément que je… J’ai besoin de réfléchir, tout de suite.
- Ouais bien sur, je m’en vais, je te laisse… réfléchir. Tu m’appelles si t’as besoin.

Il lui tendit un papier avec un numéro.

- Portable. Acheté spécialement pour toi. Parce que sinon, j’en ai pas besoin.

Elle sourit et juste avant qu’il ne parte, elle se précipita dans ses bras.

- Merci.

Il lui sourit aussi avant de s’éloigner mais au fond de lui, il ne pouvait s’empêcher de se demander s’il avait fait le bon choix. Jamais plus cette fille, cette Ness, ne serait comme avant, jamais.
Ness quant à elle, retint ses larmes mais elle ne réussit pas à les contenir puisqu’elles coulèrent lentement sur ses joues pâles. Elle sut alors ce qu’elle devait faire. Elle saisit son sac, prit les quelques livres qu’elle conservait là et ferma la porte de la caravane derrière elle. Mais avant, elle réalisa que quelqu’un aurait peut-être aussi besoin, un jour, de cet espace réconfortant qu’avait été la caravane pour elle. « Cette caravane, tous ces objets, vous pouvez vous en servir. J’espère qu’elle sera aussi importante, aussi réconfortante, aussi personnelle qu’elle le fut pour moi. Prenez en grand soin. Ness » Elle avait un instant hésité sur la signature. Qui était-elle maintenant ? Audrey, voilà qui elle était mais en même tant, elle avait aimé ce coin, elle l’avait considéré comme son coin, lorsqu’elle était Ness & c’était ainsi qu’elle voulait qu’il reste une trace. Puis elle prit le chemin de la maison de son père, un petit sourire aux lèvres. C’est d’ailleurs ce qui étonna celui-ci lorsqu’elle arriva devant lui.

- Vanessa ? Qu’est-ce que tu fais ?
- Je m’appelle Audrey. Répondit-elle avec ce ton suffisant qu’elle prenait pour lui parler
- Enfin Vanessa, tu délires !
- Ah oui ? C’est toi qui délires, tu sais très bien que je m’appelle Audrey. Enfin bien sur, si tu n’avais pas tué Maman, je me serais appelée comme ça !
- Vanessa ! Ta mère est vivante !
- Non, je parle de ma vraie mère, de Maman.

Son visage stupéfait, son air effrayé ne laissait pas place au doute, il avait peur, elle lui faisait peur. D’un geste, elle l’écarta de son passage pour aller dans cette petite pièce qui lui servait de chambre. Elle prit une valise et fourra tous ses objets précieux dedans avant de dévaler les escaliers.

- Attends Vanessa ! Où vas-tu ?
- Je fais ce que je veux, je n’ai aucun compte à te rendre !
- Tu es ma fille !
- Et tu as tué ma mère !

Elle ne prit même pas la peine d’entendre ce que son père avait à lui répondre, non, elle partit seulement. Avec sa valise, elle alla simplement se placer devant le bahut et une fois que les élèves sortis, elle posa un instant ses valises et alla se jeter dans les bras d’une Lila on ne peut plus étonnée. Ness se laissait si rarement aller à des démonstrations d’affection.

- Je m’en vais Lil’, je m’en vais pour toujours.
- Quoi? Mais attends Ness! Tu vas aller où? T’as nulle part où aller!
- C’est faux, j’ai un frère, un demi-frère. Et je… je pense qu’on pourrait… former une vraie famille. Je vais pouvoir être enfin heureuse.

Et Ness qui ne montrait jamais ses sentiments, laissa pour une fois ses émotions prendre le dessus sur sa raison. Elle se laissa pleurer dans les bras tendres de sa douce meilleure amie. Elle savait parfaitement qu’elle ne la reverrait jamais.

- Tu sais, je m’en veux Lila, j’ai été horrible avec toi. Mais tu as toujours été ma meilleure amie, vraiment, pas juste une fille qui suit et qui obéit.
- C’est pas grave mais si tu savais comme tu vas me manquer.
- Tu pourras toujours être la nouvelle Ness, la nouvelle fille populaire à juste titre, contrairement à moi. Tu es intelligente, jolie, drôle, sympathique et surtout adorable. Tu iras loin Lila, j’en suis certaine.
- Merci, pour tout ce que tu as fait pour moi, merci.

Elle se détacha doucement des bras de son amie puis disparut après lui avoir adressé un dernier signe.

Où aller ? Que faire ? Elle connaissait la réponse à la deuxième question. Elle prit son portable et sortit de sa poche le papier que lui avait remis Tyler. Elle le porta à son oreille après avoir tapé le numéro qu’il lui avait donné. Et celui-ci répondit dès la première sonnerie.

- Tyler ? C’est moi, Audrey.
- Audrey? Qu’est-ce que je peux faire pour toi?
- En fait je viens de partir. J’ai… quitté mon père et… mon ancienne vie. Il n’y a plus de Ness qui tienne, je suis Audrey maintenant.
- Que, quoi ?
- Et mon nom de famille, c’est quoi ?
- Loyd, tu es Audrey Loyd.
- Merci. Et, je peux te rejoindre à quelle adresse ?
- En fait, je… Je ne pensais pas que tu voudrais habiter avec moi.
- Pourquoi ?
- Je sais pas, parce que tu avais une famille.
- Non, en fait ça fait longtemps que je n’ai plus de famille.
- Ben, tu peux venir avec nous mais on devra aller en cours et tout.
- Je me fais passer pour une fille normale depuis mes onze ans !
- Yep sauf que nous, on va dans une école spéciale.
- Cette école que me refusait le salaud qui me sert de père ?
- J’ignore s’il s’agit de celle-là précisément, mais l’une d’entre elles en tout cas.
- Génial alors je te rejoins.
- Ouais, direction Paris.

Audrey raccrocha, un sourire aux lèvres. « Paris, me voilà ! »
Paris. Ce simple nom qui l’avait déjà tant fait rêver. Elle serait heureuse là-bas, elle le savait déjà.
Arrivée chez Tyler, elle ne put s’empêcher d’être inquiète, hésitante. Avait-elle fait le bon choix ? Et si Tyler et sa famille ne voulait pas d’elle ? Il avait paru un peu gêné au téléphone, peut-être qu’elle l’embêtait, il ne pensait pas qu’elle voulait venir, peut-être qu’il ne le voulait pas non plus. Elle se tint là, sur le perron, pendant quelques minutes, jusqu’à ce que Tyler la surprenne, en arrivant juste derrière elle.

- Audrey ?
- Oui. Je… Je suis désolée de m’incruster comme ça mais je savais pas vraiment où aller parce que maintenant que je sais pour mon père, tu comprends, c’est plus pareil, même si je le détestais déjà…
- C’est bon, pas besoin de te justifier, tu ne me gênes pas. Et sinon, tu vas bien ?
- Oui, je vais bien.

Tant de fois elle avait répondu cela alors qu’en réalité elle n’allait pas si bien que ça. Mais aujourd’hui, c’était vrai, elle allait véritablement bien pour la première fois en bien longtemps.

- Ouais ben le seul problème c’est que mon père est parti pour le moment. Et il sait pas du tout que t’existe en fait.
- Quoi ?!

Ainsi c’était trop beau pour être vrai, il avait été trop gêné pour le lui dire mais il n’espérait pas qu’elle vienne.

- Nan mais ça le gênera pas, hein, c’est jusque qu’il est parti et je t’ai retrouvé pendant ce temps là.
- C’est pas grave. Je… je crois que je devrais y aller, tu comprends, je pense pas que ton père soit très content.
- Si. Tu ressembles tellement à Maman. Il ne pourra pas ne pas vouloir de toi.
- Merci mais je veux pas gêner.
- Tu nous gêneras pas.
- Si tu le dis.
- Je suis sur que l’instant où il posera ses yeux sur toi, il te considérera comme sa propre fille.

Audrey sourit. Elle ne semblait pas certaine de ce qu’avançait son frère et pourtant, elle se sentait heureuse, elle sentait qu’ici, que ce nouvel espoir qui l’habitait depuis qu’elle avait vu son frère pour la première fois n’était pas vain, qu’elle aurait un avenir ici, un avenir radieux. Elle avait un frère qu’elle venait de rencontrer et elle l’aimait et il l’aimait. La vie qui lui avait toujours paru si sombre lui sembla aujourd’hui claire, comme si un rayon de soleil avait frappé son visage, comme si elle était certaine qu’un rayon de soleil illuminerait son existence, à jamais. Quel espoir, quel euphémisme de penser que grâce à une personne votre vie toute entière pouvait changer, que tout ce que vous avez vécu jusque là s’effaçaient pour vous permettre de prendre un nouveau départ. Juste grâce à une seule personne, que ce soit vous ou elle qui vous ait trouvé. Vous trouvez sans doute cela ridicule, elle le trouvait aussi à une époque et pourtant, cette fois-ci, elle croyait, elle voulait croire, qu’elle pouvait être heureuse, qu’elle pouvait tout reprendre à zéro, que la froide et ténébreuse Ness n’était plus qu’un souvenir et qu’à présent elle était Audrey, une fille gentille, sage et sympathique. Ridicule bien sur. Mais à l’époque, elle y croyait.
Environ un mois avait passé depuis cette conversation. Le père de Tyler était rentré, amenant avec lui une nouvelle vague d’espoir et d’angoisse. Mais tout c’était bien passé, il l’avait accepté. Si il avait d’abord était surpris, il l’avait serré dans ses bras comme si elle était sa fille, et comme l’avait prévu Tyler. Il avait été heureux de sa présence et il s’était comporté en père pour elle. Et elle avait été heureuse, ils s’entendaient si bien, même mieux qu’il ne s’entendait avec son propre fils. Elle avait pensé un moment que Tyler serait un peu jaloux, après tout, elle lui avait quand même volé son père mais non, il était sincèrement content pour elle. Elle avait intégré l’école française de magie, Beauxbâtons, elle s’était fait des amis, elle était heureuse. Jusqu’à ce jour, jusqu’à cette catastrophe, cet incident tragique comme ils l’avaient qualifié, jusqu’à ce que sa vie bascule, à jamais.







Dernière édition par Alice J. Loyd le Dim 23 Nov - 15:33, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Sam 22 Nov - 17:47

— Chapter two;;
« I'm desperate, lost & sad »

J’inspire une nouvelle fois, tenant ma cigarette sur par le bout des doigts. La lune brillait, haute dans le ciel, éclairant par la même occasion mon visage strié de larmes. Pourquoi les choses étaient-elles si compliquées ? Tout aurait pu être simple, si simple. Mais ça ne l’était pas. Je suis Beverly, une jeune fugueuse qui passait son temps dans des endroits mal fréquenté pour toutes les personnes qui me connaissaient désormais. Comment ai-je pu autant changer ? J’avais cru trouver ma voie, j’avais cru que j’allais être heureuse mais maintenant je sais, le bonheur est de courte durée, one ne reste jamais heureux bien longtemps. Heureuse. Oui, je l’ai été aux côtés de Tyler et de son père, je les aimais. Moi qui ait toujours refusé, toujours évité, de m’attacher aux gens, je leur avais donné toute mon affection et voilà où ça m’avait mené. J’étais seule et désespérée, j’avais mal à cause d’eux, parce que je leur avais ouvert mon cœur, je leur avais tout donné sans restriction, je m’étais laissé aller dans ce flot de sentiments. Et voilà le résultat, j’avais coulé, je m’étais noyée. Quand on voit ma vie aujourd’hui, on n’imagine pas que j’ai été Audrey, ni même Ness. Audrey était quelqu’un de gentil et de doux, Ness était sauvage et fière. Elles ont toutes deux fait parties de moi à un certain moment mais maintenant j’ai l’impression qu’elles n’existent plus. Je sais qu’elles sont moi autant que je suis elle, je sais que ça n’a pas de sens mais pourtant. A présent je ne suis plus Audrey, encore moins Ness, je suis juste Beverly, une fille seule, belle mais tellement triste, toujours triste. Ca a même fait l’objet d’un pari un jour, arriver à faire rire ou sourire Beverly. Evidement personne n’a réussi. Mais il faut bien avouer que les hommes manquent terriblement d’imagination. Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre et quand on croit avoir trouvé le bon, il s’évanouit dans la nature, vous laissant seule face à vos doutes. Il aurait pu tout changer et pourtant, ça n’a servi à rien, tous les efforts que j’ai faits pour m’en sortir et aujourd’hui je suis à la rue, sans fric, et sans famille. J’aurais tant aimé que tout soit si simple, que je sois heureuse, mais la vie n’est pas un conte de fée, je les appris à mes dépends. Si seulement il était resté. Je me souviens de ce jour, de ce jour si semblable aux autres, sombre, gris & triste, pareil à mon cœur. Ce jour si normal avait pourtant changé ma vie, changé mon existence. Croyez-moi, tomber amoureuse est une mauvaise idée. Ce jour-là, je trainais dans les bars comme à mon habitude. J’avais entendu la porte s’ouvrir et il était entré, ce jour-là, mon existence a changé. Je venais de le rencontrer, je ne lui avais même pas parlé et pourtant je l’aimais déjà. D’avantage même que ma propre vie. Il était beau, il paraissait si fort et en même tant si ténébreux. Je croyais qu’il m’aimait, j’ai été assez bête pour le croire, mais il est parti. Du jour au lendemain, il a disparu sans laisser de traces, personne n’a jamais su où il était allé et Beverly s’est à nouveau retrouvée seule. Il était mon oxygène et je me suis retrouvée sans air, je cherchais à reprendre mon souffle et pourtant, je n’y parvenais pas, j’étais bloquée, emprisonnée au fond de moi-même. Je ne me considère pas comme Beverly, non, Beverly est une facette de ma personnalité, comme l’étaient Audrey & Ness, parce que je ne peux pas être moi, il faut toujours que je sois quelqu’un d’autre mais ce quelqu’un possède toujours une part de vérité, une part de moi. Quand il est parti, j’ai été effondrée. Je venais à peine de réussir à me relever après ce drame et je trébuchai à nouveau. Mais cette fois-ci, je n’étais pas sur de réussir à m’en sortir, je ne savais même pas si j’en avais vraiment envie. Avant même que le garçon n’ouvre la bouche, je sus qui il était. C’est comme ça, je le connais par cœur.

- Josh.

Pour toute réponse il me sourit avant de s’assoir à côté de moi. De bout des doigts, il essuit lentement les larmes qui avaient taché mon visage.

- Mon maquillage a coulé, je dois être affreuse.
- Tu ne pourras jamais être affreuse Lys.

J’ignore pourquoi il m’appelait Lys, il disait seulement que puisque je n’étais pas réellement Beverly, il ne pouvait pas m’appeler comme ça, et il ne pouvait pas non plus m’appeler Audrey ou encore Ness alors ça avait été Lys. J’avais l’impression d’être partagé en de multiples personnages, en de multiples facettes, en de multiples filles dont aucunes n’étaient moi. Pas parce qu’aucune n’avait le même prénom, non, un prénom ne signifie rien, il doit être en accord avec celui qui le porte, il doit refléter votre véritable personnalité et aucun ne reflétait vraiment le mien. Peut-être parce que je ne montrais jamais qui j’étais réellement, je ne me montrais jamais toute entière, je laissais seulement apercevoir aux gens une facette de ma personnalité. Josh avait été mon seul soutien depuis que Gabriel était parti après m’avoir donné l’illusion qu’il tenait à moi, il était la seule chose qui me raccrochait à la vie, qui m’empêchait de partir. Accroches-toi pour ne pas tomber, accroches-toi pour ne pas sombrer. Cela s’appliquer si bien à moi. Chaque minute, chaque seconde, tout était une lutte constante pour continuer de vivre. Qu’était-il arrivé pour que j’en arrive là ? Il y avait eu cet horrible accident, cette affreuse tragédie qui avait détruit la vie que je venais à peine de forger, qui avait détruit tout ce que j’avais de plus précieux au monde. C’était tout au début des vacances, Tyler et moi, nous venions de rentrer de Beauxbâtons, nous étions si contents de retrouver Papa. J’étais partie acheter un cadeau et un gâteau pour son anniversaire. Lorsque je suis revenue, quelques heures plus tard, des pompiers se trouvaient devant notre maison, ou du moins, devant ce qu’il restait de notre maison. Un incendie s’était déclaré, Tyler et son père étaient morts, asphyxiés, me laissant définitivement seule. J’avais fui au loin, m’efforçant d’oublier, j’avais pris le premier avion et j’étais partie avec l’argent que me léguait Papa. J’avais atterri ici, là où je demeurais depuis un moi. Je savais que je resterais là, je n’éprouvais aucunement l’envie de repartir à l’école tout en sachant qu’on me poserait des questions. Où est Tyler ? Je n’avais aucune envie d’avoir à répondre qu’il était mort. Je ne l’avais dit à personne. Sans doute parce que quand je le dirai à voix haute, j’admettrais qu’ils sont morts, définitivement partis et qu’ils ne reviendront pas, et ça, je ne peux pas. Ils sont morts, je le sais mais pourtant, je ne peux m’empêcher de penser, tout au fond de moi, qu’ils sont là, près de moi, qu’ils sont toujours là et qu’ils veillent sur moi. Je passe mes bras autour de lui et enfuit ma tête dans son cou. Celui-ci soupire mais ne proteste pas, il n’en a pas le courage.

- Lys.
- Quoi ?
- Tu ne dois pas faire ça.
- Pourquoi ?
- Parce que c’est mal.
- Je t’aime Josh.

Il soupire à nouveau, se détache de moi et m’oblige à le regarder dans les yeux.

- Non, tu ne m’aimes pas. C’est l’autre idiot que tu aimes, pas moi.
- Si je t’aime.
- Non, je suis seulement ton ami mais tu te raccroches à moi comme à une bouée de sauvetage. Je ne suis qu’un ami pour toi.

Je lis sur son visage toute la peine qu’il éprouve en disant cela mais c’est vrai et il le sait. J’ai beau le prétendre, je ne l’aime pas, pas comme j’aime Gabriel, je le voudrais, je le souhaite de tout mon cœur mais ça ne marche pas, je n’y arrive pas. Mais il a tort sur un point, il n’est pas un simple ami pour moi, il est comme un frère, le lien qui nous unit se rapproche de celui qui m’unissait à Tyler du temps où nous étions inséparables, où nous faisions tout ensemble. Et pourtant, je ne peux m’empêcher de prétendre que je l’aime.

- Si je t’aime.
- Lys, ne rends pas les choses plus compliquées qu’elles ne le sont déjà.

C’est difficile pour lui parce qu’il m’aime, et pas comme une simple amie lui. Je le sais parce qu’il me l’a dit, il m’aime. J’aimerais tellement pouvoir lui offrir tout mon amour en retour, pouvoir l’aimer aussi fort que j’aime Gabriel, ressentir cet amour dans toutes les fibres de mon corps, dans toutes les faces de mon être. Mais je ne peux pas, je n’y arrive pas.

- Je suis désolée.
- Je ne crois pas que ça change grand-chose mais je ne t’en veux pas, ce n’est pas ta faute. On ne choisit pas qui on aime.

C’est si vrai. On ne choisit pas qui on aime. Si j’avais choisi, je l’aurais choisi lui et non Gabriel, j’ai souhaité tellement de fois l’oublier pour être heureuse avec Josh que je ne les compte même plus et pourtant cet amour indésirable est toujours là, désespéramment là. Il s’accroche à moi comme un parasite, il étreint mon cœur et le maintient dans un étau glacé qui le comprime et m’empêche d’avancer. L’amour c’est comme la douleur, comme n’importe quel autre sentiment. Que ce soit l’amour, la tristesse, ou même la joie, ils sont tous pareils. A la fin, on a toujours à souffrir, toujours. Et jamais on ne parvient à se débarrasser de cette douleur insoutenable qui vous obligé à regarder derrière vous et à regretter. Je sais que j’éprouverai toujours cette douleur, quoi que je fasse. Toujours. Et à jamais. Josh m’avait tout de suite plu, il m’avait aidé à me débarrasser de garçons un peu trop collants en se faisant passer pour mon petit-ami. Par la suite, il m’avait invité à boire un verre autre part et on s’était revu. Josh avait tout de suite était important pour moi, il m’aidait, il me soutenait, il me permettait de m’accrocher à cette vie en quelle je ne croyais plus. Je crois même que sans lui, je me serais ouvert les veines. Un geste qui peut paraitre à la fois si courageux et à la fois si lâche. Moi je crois qu’il y a une part des deux. Il faut du courage pour se suicider, pour faire une action tout en sachant parfaitement que vous ne vous en relèverez pas, il faut du courage pour tourner ainsi le dos à la vie et pour préméditer votre mort. Mais c’est aussi de la lâcheté que de vouloir contourner, éviter, les difficultés de la vie, cette douleur constante. Je sais que j’y aurais pensé, j’y ais pensé, mais je ne sais pas si je l’aurais fait. Je ne pense pas. Ce n’est pas par rapport à la lâcheté, non, je pense que je n’aurais pas trouvé le courage nécessaire à ma mort. Tout ce que je sais, c’est que je n’aurais pas supporté la douleur alors je me serais tuer à petit feu, par la drogue ou l’alcool, un peu comme je le fais à présent avec la cigarette. Je ne sais pas ce que je ferais à la rentrée. Je n’aurais pas le courage de reprendre l’école mais je ne peux pas abandonner mes études, la magie me passionne trop.

- Josh ?
- Oui ?
- Je vais m’en aller, je vais m’en aller loin et je ne reviendrai jamais. Je… je crois que j’vais partir en Angleterre.
- Fais-moi une faveur alors.
- Bien sur !
- Ne te fais pas appeler Beverly.

Je lui adresse un faible sourire, consciente que c’est certainement la décision la plus dure de ma vie.

- Tu pourrais venir me voir là-haut.
- Tu sais, avec le prix que ça coûte. Je crois qu’il vaut mieux que je sorte de ta vie. Jamais tu ne pourras oublier, jamais tu ne pourras t’en remettre si je suis à tes côtés, en train de te rappeler cette période de ta vie. Mais j’t’oublierai pas, jamais.
- Moi non plus et tu le sais.

Je le serre une dernière fois dans mes bras avant de m’éloigner. Je ne me retourne pas, non, car si je le fais, je perdrais toute cette résolution qui m’habite à présent, je ne pourrais pas partir et je ne veux pas qu’il voit que je pleure. Tout au long de ma vie j’ai essayé de dominer mes émotions, de les enfuir au fond de moi, de les oublier et voilà où j’en suis. Je crois que les sentiments sont toujours là, et que quoi qu’on fasse, ils restent présents et vous empêchent de vivre, je crois qu’il va falloir que je me fasse à cette idée. Ce que je vais faire ensuite ? Je vais aller à Poudlard, l’école de magie d’Angleterre. Et qui je serais là-bas ? Ni Beverly, ni Audrey, ni Ness. J’y ai déjà songée, j’avais pensé à London mais non, je serai Alice, Alice Jewel Loyd, parce que Lys, c’est un peu comme un surnom pour Alice sauf que cela devrait s’écrire Lice mais c’est tellement moins joli. Je serai discrète, studieuse et silencieuse, belle sombre et mystérieuse mais je serai moi, la véritable moi, au moins avec une personne. Plus aucun sentiment ne se trouvera pour entraver ma route, plus aucun amour, plus aucun ami, plus aucun attachement d’aucune sorte. Je serai seule, définitivement seule.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Lun 24 Nov - 18:53

Fini =D
Revenir en haut Aller en bas
Jack E. Caldwell

avatar

Féminin nombre de messages : 1008
age : 27
maison : — Hufflepuff

MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Lun 24 Nov - 19:00

Bee? :$
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Lun 24 Nov - 19:09

Na =D
Y a la réponse dans le flood Patate! x)
Revenir en haut Aller en bas
Jack E. Caldwell

avatar

Féminin nombre de messages : 1008
age : 27
maison : — Hufflepuff

MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Lun 24 Nov - 19:14

*Court fouiller le flood*
*Revient*

Julieeeeette (a) Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Lun 24 Nov - 19:17

Yeeep Comment t'as deviné?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Lun 24 Nov - 19:43

C'est ma tallynouchette d'amour en sucre d'orge qui sent bond les pancakes au sirop d'érable *sort *
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Lun 24 Nov - 20:58

Oui c'est ta tallynouchette d'amour en sucre d'orge qui sent bond les pancakes au sirop d'érable. =P
Alors quelle maison vois-tu pour moi?
Revenir en haut Aller en bas
Léah Spencer

avatar

Féminin nombre de messages : 145
age : 24
crédits : Très bonne Smile

MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Lun 24 Nov - 22:52

Mooooi je vois que je suis possesive *_*
C'est MA Juliette =D x]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rohan Malfoy

avatar

Masculin nombre de messages : 1614
age : 28

MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Mar 25 Nov - 12:27

Hey Once again welcome sweety Tailly^^ Eve if you are not you^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Mar 25 Nov - 19:21

Merci =D
&&. toi t'es MA Florine <3
Revenir en haut Aller en bas
Maggie Aberdeen
- maggie
isn't she perfect?

avatar

Féminin nombre de messages : 568
age : 27
maison : — Slytherin
crédits : Brain Damage

MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Mar 25 Nov - 19:24

ReBienvenuee ( :
J'aime bien ton nouveau personnage ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Mar 25 Nov - 19:37

Merci <3
Tu crois que mon caractère fait assez serdaigle? Parce que j'la vois aps trop serpentard. O.o
Revenir en haut Aller en bas
Maggie Aberdeen
- maggie
isn't she perfect?

avatar

Féminin nombre de messages : 568
age : 27
maison : — Slytherin
crédits : Brain Damage

MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Mar 25 Nov - 20:23

    Hum, je trouve, en effet, que je ne la vois pas vraiment Serpentard.
    Mais ca, c’est mon avis. XD Je suis vraiment nulle pour les maisons x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack E. Caldwell

avatar

Féminin nombre de messages : 1008
age : 27
maison : — Hufflepuff

MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Mar 25 Nov - 20:36

'A trop de serpysh x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maggie Aberdeen
- maggie
isn't she perfect?

avatar

Féminin nombre de messages : 568
age : 27
maison : — Slytherin
crédits : Brain Damage

MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Mar 25 Nov - 20:38

En effet X)
Tout le monde veut être chez les meilleurs quoi XD Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Mar 25 Nov - 22:10

x) Serdaigle est la maison idéale =D
Tu peux me valider? J'ai envie de commencer à poster =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Mer 26 Nov - 21:28

Serdaigle ? que je sache sije t'ajoute x'D
Revenir en haut Aller en bas
Maggie Aberdeen
- maggie
isn't she perfect?

avatar

Féminin nombre de messages : 568
age : 27
maison : — Slytherin
crédits : Brain Damage

MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Mer 26 Nov - 21:54

J'te fous chez les Serdaigles beautéé : ) <33
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June J.Weasley

avatar

Féminin nombre de messages : 2934
age : 24
maison : — Gryffindor

MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Mer 26 Nov - 22:09

Ahhhhhh Prupru va devenir bisexuelle a la fin xDDD
C'est Nico qui va etre content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maggie Aberdeen
- maggie
isn't she perfect?

avatar

Féminin nombre de messages : 568
age : 27
maison : — Slytherin
crédits : Brain Damage

MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Mer 26 Nov - 22:10

C'tun surnom, p'tite gnome, lenouille, nah! XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June J.Weasley

avatar

Féminin nombre de messages : 2934
age : 24
maison : — Gryffindor

MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   Mer 26 Nov - 22:12

T_T

Bon je vais trouver quelqu'un d'autre alors

Car en faire Nico il cherche si quelqu'un dans PI* est autre d'hetero donc je cherche xDD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « i'm a barbie girl, in a barbie world »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« i'm a barbie girl, in a barbie world »
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» A Vos Souhaits [I'm a Barbie Girl, in a Barbie World... Imagination, life is your creation !]
» I'm a Barbie Girl ! [100%]
» Rain (+) i'm a barbie girl, in a barbie world.
» ZARA - i'm a barbie girl, in a barbie world.
» Barbie Fashion Queen contre Barbie Geek [Swann et quelques moldus]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Priori Incantatum :: archive présentations.-
Sauter vers: