AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 polly jean — « like a virgin »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Polly J. Cléirigh



Féminin nombre de messages : 115
age : 24
maison : — Hufflepuff
crédits : © killers

MessageSujet: polly jean — « like a virgin »   Lun 8 Juin - 22:22



polly jean cléirigh —septième année


    en plus ► nom d'un pitiponk, un moldu !
      aa
pseudo: crocodile, éhouais. mais si vraiment t'es bloquée par les animaux, moi c'est agnès
présence sur le forum: je vais essayer d'être là le plus possible, mais il m'arrive d'avoir de gros problèmes de connexions...
avatar: emma watson
qui est là ? la p'tite charlotte (u.c)
une suggestion, un commentaire ? Si vous pouviez mettre Polly chez pouffy ou serdy, ça serait chouette... sinon, j'avais vraiment hâte que le forum reprenne (:


Dernière édition par Polly J. Cléirigh le Jeu 18 Juin - 1:38, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cute-crocodile.livejournal.com/
Polly J. Cléirigh



Féminin nombre de messages : 115
age : 24
maison : — Hufflepuff
crédits : © killers

MessageSujet: Re: polly jean — « like a virgin »   Lun 8 Juin - 22:22



    identité ma sorcière bien aimée
      aa
nom : je tiens mon patronyme de par mon père, cam cléiright, et du père de mon père, qui le tenait du père de son père... Vous l'aurez saisi, mon nom est ancré depuis des générations dans le territoire irlandais. Il n'est pourtant pas bien connu des sorciers, et quelque part, ça me rend d'autant plus fière.
prénoms : jusqu'à ma déclaration de naissance, mes parents ignoraient complètement comment ils allaient m'appeler. C'est mon père, qui a finalement choisi. Polly, Jean, Edwige seraient mes trois prénoms. Bien entendu (quoique) mon père n'a pas frappé au hasard. Mes deux grandes soeurs s'appelant respectivement Holly Jude et Dolly Joyce, il ne pouvait se décider à me donner un autre prénom un peu moins ridicule, optant donc pour Polly Jean. Entre nous, je préfère de loin mes prénoms. J'ignore cependant pourquoi edwige, un prénom d'origine germanique... une arrière grande-tante, sans doute...
âge : j'ai fêté à ma scolarité dernière mes dix-sept ans, et même si cela peut vous sembler anodin, je n'en suis pas peu fière. Dix sept-ans, c'est le début de la maturité -je sais, ça se voit pas-, presque la majorité. Et pourtant, « on n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans »
date de naissance : comme mes imbéciles de soeurs, je suis née au printemps. Mes parents devaient donc avoir une période de reproduction, ce qui ne m'étonnerait pas, venant d'eux. Je suis cependant la seule à être née en mai, le 10, mes soeurs étant quant à elles nées début avril.
lieu de naissance : comme le reste de ma famille, je suis née à belfast, en irlande du nord. Ma famille y vit depuis.. ouais, certainement toujours, et c'est un peu à cause de moi que nous en sommes partis. Le reste de ma famille y vit cependant encore et toujours.
lieu de résidence : depuis un peu moins de sept ans, je vis dans un quartier moldu de londres, mes parents n'ayant pu se résoudre à emménager dans un endroit trop fréquenté par les sorciers.
nationalité : malgré ma résidence anglaise, et la culture étrangère de ma mère, anglaise, je suis et demeure une petite irlandaise. Cela s'entend car je garde un accent prononcé, et plus personne n'ignore donc ma nationalité et mes origines.


    caractéristiques ► par la barbe de dumbledore !
      aa
description physique : En toute sincérité, je ne me trouve pas belle. Il y a tant de filles qui le sont bien plus que moi, que j'ai parfois du mal à m'attribuer ne serait-ce que le simple adjectif « jolie ». Certes, je ne suis pas un crapaud baveux ou quoi que se soit, mais quant à dire que je sors du lot... ça serait mentir. Mes cheveux châtains clairs aux tendances bouclées sont normaux, mon teint rosé est normal, mes yeux noisettes sont normaux, mes dents sont normales. Bref, je suis normale, et ce n'est ni ma taille -1m68- ni mon poids -51 kilos- qui prouveront le contraire. Vous savez, je fais partie de ces filles mignonnes, charmantes, qu'on regarde du coin de l'oeil et auxquelles ont sourit. Mais pas les top canons, le hypra sexy qu'on désire et qu'on fait tout pour avoir. Je ne fait pas non plus d'efforts pour ça, laissant cette tâche à mes soeurs, qui se pomponnent, mettent des robes à froufrous et des talons que je n'aurais cru qu'ils eu put exister. Je suis une fille au physique (et bien au physique seulement) plutôt simple, parfois garçon manquée, malgré mes tâches de rousseurs parsemées sur mon visage, mon sourire toujours présent et mes yeux pétillants. Mais il est vrai qu'après tout, si je ne me sens pas si bien dans ma peau que je le prétend, ce qui expliquerait certainement mon inaptitude à me complimenter. Je suis une ado normale, en somme.
Tout comme pour ma morphologie normale, mes vêtements ne sortent pas de l'ordinaire. Etant assez mince et menue, je peux facilement alimenter ma garde-robe de toutes sortes de choses, au comble de mes proches, qui me trouvent parfois réellement étrange. En fait, je puise mes vêtements chez les moldus comme chez les sorciers, ce qui donne forcément des mélanges parfois détonants.

description du caractère : Puisque ma morphologie ne sort pas du commun, je me rattrape ailleurs, chez ce qui est selon moi l'un des éléments les plus importants chez l'être humain : le caractère. Je ne me dit pas non plus exceptionnelle, mais j'avoue être quelqu'un d'à part entière.
Je dois certainement en faire trop, je suis consciente. On ne me dit pas un brin excentrique pour rien. Chaque chose est pour moi prétexte à crier, rire, chahuter, ou parler. Je suis assez théatrale, dans le fond. Chaque minute est pour moi une représentation. Paradoxale pour une timide exigeante. Car si j'ai l'air (trop) joviale, (trop) souriante, et toujours (trop) en mouvement, je suis néanmoins (trop) exigeante avec moi-même. Je suis toujours trop, dans les deux extrêmes. Alors qu'on ne le soupçonne pas, je ne me laisse aucun droit, aucun écart. Parfois je l'avoue, cette partie de moi refait surface (souvent avec Jack), et je passe pour miss pète sec. Je ne suis pas du tout coincée, je ne pense pas, mais je reste assez étroite d'esprit quand je suis dans cette période-ci. Je suis alors vraiment très chiante, lourdingue. Déjà un peu mademoiselle je-sais-tout, je passe certainement pour une schizophrène. Je suis d'ailleurs (trop) lunatique, changeant d'humeur toutes les quatre minutes et donc (trop) difficile à suivre.
Toujours en mouvement, on me dit parfois hyperactive. Pourtant, je ne me considère pas comme telle. Je suis d'ailleurs flemmarde, et s'il y a bien un truc que j'aime par dessus tout, c'est lézarder au soleil (quand soleil il y a) avec un bon gros bouquin. M'instruire, j'adore ça, et tant que je n'aurais pas engloutit tous les livres de la bibliothèque je n'aurais pas accompli ma mission sur Terre. Mes sœurs me traitent de geek. Au début, j'ai eu du mal à comprendre ce terme moldu, moi qui m'éloigne de plus en plus de ce monde-là. Maintenant, je lève les yeux en soupirant. Par la barbe de Merlin, quelles sont sottes, celles-là ! Des vraies... filles. Je suis parfois un peu garçon manqué, moi. Il faut dire, avec mes meilleurs amis du sexe masculin, difficile de trouver une place de fille. Néanmoins, je crois qu'avec l'âge j'en deviens une, une vrai. Ça me dé-sole. Et ça fait rire les autres. De toute manière, je fais souvent rire les autres, malgré moi. Je ne suis pourtant pas drôle, et je n'ai pas le sens de la répartie. Je parle (trop), mais jamais sans réel but, sans y réfléchir, ce qui fait que je tombe toujours à côté. Je suis alors assez ridicule, comme toujours. Ridicile, et maladroite, car hors-mis en sortilège, je suis vraiment très gauche. Trop gauche. S'il y a une chose à retenir, c'est que Polly, c'est toujours trop.


    curriculum ► aïe le dossier scolaire !
      aa
composition de votre baguette : lorsque je suis allée acheter ma baguette avant ma première année, je vous assure qu'on y passa la journée entière. Peut-être un peu moins, néanmoins nous y passâmes une grande partie. Quand enfin, ma baguette se révéla à moi, ce en fut pas pour rien. Longue de 34 centimètre et demi, elle arbore une couleur claire et orangée de son bois d'origine : l'acacia. Contenant une plume de phénix, elle ne s'est pas toujours laissée manier avec facilité. Toutefois, je la maitrise désormais parfaitement, car souple et rapide elle est parfaite pour toutes sortes de sorts.
année d'étude : voilà sept ans que je foule les sols du château, et cette année à poudlard est donc ma septième.
plus tard je serai : j'ignore encore ce que je veux faire, plus tard. Je sais que quoi qu'il en soit, cela aura un rapport avec le monde magique. Cependant, je suis très attirée par les médias, les journeaux. Journaliste à la gazette du sorcier, le pieeed...
la forme de votre épouvantard : je crois que c'est clair, je déteste les imprévus, le flou, ne pas être au courant de quoi que se soit. J'ai donc constaté, lors de ma première rencontre avec un épouvantard , que ce dernier prenait la forme d'un épais brouillard, qu'il m'enveloppait toute entière.
la forme de votre patronus : j'ai eu les premiers temps du mal à créer une forme nette et précise de l'animal qui prenait forme lors du sortilège. Cependant dès la première fois, la lumière blanche -même floue- prenait la forme d'un renard. Avec la pratique, il en est devenu presque parfait


Dernière édition par Polly J. Cléirigh le Jeu 18 Juin - 0:13, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cute-crocodile.livejournal.com/
Polly J. Cléirigh



Féminin nombre de messages : 115
age : 24
maison : — Hufflepuff
crédits : © killers

MessageSujet: Re: polly jean — « like a virgin »   Lun 8 Juin - 22:23



    biographie père castor, raconte moi ton histoire !
      aa

« — Panda, tu peux y aller ? » avait-il dit, un sourire plein d'amour accroché à ses lèvres rosées. A ses côté, la dite Panda lui répondu d'une voix mielleuse, avant de l'embrasser « — Okidoki, si tu me masse les pieds ensuite, Cam. ». Le cri d'un nouveau-né retentit, pour la troisième fois en moins de 20 secondes. Si ce dernier n'avait pas été Polly Jean Edwige Cléirigh, on aurait certainement cru qu'il allait décéder. Pourtant, le jeune bébé avait juste faim, et réclamait son biberon chéri, le biberon maudit. Mais à douze jours à peine, le bébé en faisait déjà trop.

    01. LE CAHIER
Dans ma famille, on a toujours eu un certain décalage, je crois. Séparément, mes parents sont des gens formidables et extrêmement intègres, intelligents. Mais une fois ensemble, c'est le déluge. C'est au lycée, qu'ils se sont rencontrés. Ma mère, c'était la nouvelle, la petite anglaise intello dans le lycée irlandais. Pandora Ainsworth, c'était son nom à l'époque. A ce qu'il paraît, je ressemblais beaucoup à ce qu'elle était à la petite enfance, puis même un peu plus grande. Mon père, Cam Cléirigh, c'était LE beau gosse, celui que toutes les filles admirent. Tous les deux, ils formaient le couple de série un peu niaise qui passait à la télé que je regardais, petite. D'ailleurs, j'avais cette image d'eux, alors. Puis, j'ai compris leur fonctionnement. De vrais gamins, des imbéciles heureux et amoureux. Ensemble, ils ont toujours été beaux, et niais. Niais, surtout quand ils ont eu mes soeurs. Holly Jude et Dolly Joyce Cléirigh, les deux jumelles belles et blondes à forte poitrine, le genre de filles qui m'exaspèrent. A la maison, ça a donc toujours été spécial. Même moldue, ma famille est du genre spéciale, du genre à faire une excellente série débile, avec les rires en boite. Au milieu de tout ça, il y avait moi, la dernière, la renfermée.
Même mes parents avaient remarqué que je ne faisait rien comme eux, que j'étais différente. Très tôt donc, j'ai été dirigée vers un psychologue. Mr Shapp qu'il s'appelait. Les cheveux gris, un nez bien trop long et un ventre bedonnant : j'avais la flippe. Selon lui, j'étais « Affectivement immature » et de « Enfermée dans mon mutisme ». Moi, je trouvais les autres bien trop étranges à mon goût pour accepter de leur montrer mon excentricité à moi. Mes bizarreries, elles se méritaient. C'est alors qu'il a proposé à mes parents le Cahier. Bleu et vert, à la reliure en tissu brillant, et au papier doux et épais. Mais ce cahier là, il craignait déjà. Me confier, je n'avais jamais aimé ça.

« Je t'aime pas. T'es beau, tu sens bon, mais je t'aime pas. T'es qu'un imbécile, un fourbe, un trètre traitre. C'est pas Dr Shapp qui va faire que je vais t'aiméer, alors je t'écrirais jamais dedans. Là je le fait, mais c'est juste pour te prévenir que je t'aime pas. Je t'aimerais jamais. Même si tu sens bon. J'aime bien les trucs qui sentent bon, sauf toi.

P.s : Par contre, je mets mon nom parce que si Holly Jude ou Dolly Joyce, mes profondément débiles de sœurs te trouvent, j'aurais la preuve implacable qu'il est à moi. Elles sont comme toi, mes sœurs. Débiles, comme des caca. Mais elles, elles sentent pas bon, elle sentent trop... les filles. »

Les premiers mots de ce cahier, ils étaient écrit d'une petite main pâle et non rassurée, mais déjà avec le caractère bien trempé de son propriétaire. Je m'étais alors très peu appliquée à les écrire, avec le premier stylo que j'avais trouvé. Au fond, c'est avec un soulagement que j'avais refermé ce cahier, consciente que j'avais déjà fait un pas en avant, a huit ans seulement. Au fond, je l'aimais bien, je crois.

    02. LA MAISON D'EN FACE
J'en avais les larmes aux yeux. Ma nouvelle chambre, elle était vide, moche, sans aucune âme. En pus, elle était à Londres, loin, trop loin de chez moi. Si on était là, c'était pour me rapprocher de ma future école, Poudlard. Quelque part, j'étais soulagée de savoir pourquoi j'étais ce que j'étais, différente. Et pourtant, j'étais effrayée, trop, encore une fois. Je ne connaissais rien de là bas, de ce monde. Et de cette maison. Au moins, l'Ecole de Magie m'offrait un internat à plein temps, qui me permettait de m'échapper de cette maison, que je détestait déjà. Enfin, pas tant que ça, au vue du sourire qui s'était installé sur mon visage. La porte de la maison d'en face s'était ouverte. Il était là, beau et blond. Je descendais les marches de ma nouvelle maison quatre à quatre. Il avait mon âge, j'en aurais donné ma main à couper et je ne désirait qu'une chose : le rencontrer.
« — Salut toi. T'es qui ? » Je hochais la tête, lui adressant le sourire le plus merveilleux et innocent qui soit. De ma voix fluette, je lui avait posé cette question alors qu'il sortait à peine de chez lui, l'arrêtant dans ses activités. Il aurait pu me snober, mais non. C'était Jack, Jack Caldwell. Il était arrivé près d'un an auparavant, venant tout droit des Etats-Unis. Dès lors, je su qu'il serait ma vie. Pas l'homme de ma vie, mais l'homme auquel je serais attachée pour toujours. A l'époque, j'avais pour lui l'amour qu'une gamine offre à un autre gamin. Aujourd'hui, le blond de la maison d'en face est devenue bien plus. Un meilleur ami. Et même si ses amis devinrent les miens, des trois garçons que je côtoyais, ce serais lui, le premier enfant qui me comprenait.

    03. LE CHÂTEAU
Je frissonnais. J'avais froid, et je ne voyais vraiment rien. Pourtant, j'étais au début de la liste, mais cette fille devant moi, elle me bouchait la vue. Une blonde, un peu comme mes sœurs, un peu pimbêche. Jack se trouvait près de moi, en compagnie d'Aaron et Elliot, l'ami du train. Tout le monde autour de nous était stressé, silencieux. Moi, je mourrais d'envie de rire, et de sauter sur la pimbêche devant moi, qui m'empêchait de voir. Pour contenir mes envies puériles, je balançais mon bassin de gauche à droite, fredonnant l'hymne de Poudlard, que j'avais appris en quelques minutes dans le train. Le plafond était alors magnifique, et je n'avais jamais rien vu de pareil. Mais là, je m'en fouttais. je voulais voir le vieux châpeau rabougris et abimé, que tout le monde venerait. je voulais savoir comment il était. déjà, ma curiosité devenait négative, car je trépignait d'impatience. les regards autour de moi devenaient de plus en plus noirs, et auraient sans doute pu me tuer sur place. La file avançait lentement, et je riait silencieusement quant au cas d'Aaron, qui serait certainement le dernier a être appelé. Jack passa avant moi. Ce fut ensuite au tour de quatre personnes, comprenant la pimbêche, de passer sur le tabouret, et d'être reparti. J'étais la prochaine, et la pression montait en moi pour la première fois. Je ne la laissait pas pour autant prendre le dessus, étant moi-même persuadée d'atterrir dans une bonne maison. De toute façon, toute maison serait la bonne, tant que j'atterrissais quelque part. Ce qui m'effrayait, c'était de n'être bonne à rien, et de ne pouvoir être repartie. La pimbêche fut applaudie par sa maison, tandis qu'on lui enlevait le Choixpeau de la tête. Serpentard, étonnant. Intérieurement, je priais pour ne pas y atterrir, quand les regards se tournèrent vers moi sans que pourtant aucun mot ne soit prononcé. « — Polly Cléirigh ? ». J'avançais, consciente que mon destin de petite sorcière se jouait dans les minutes qui suiveraient.


Dernière édition par Polly J. Cléirigh le Mer 17 Juin - 14:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cute-crocodile.livejournal.com/
Polly J. Cléirigh



Féminin nombre de messages : 115
age : 24
maison : — Hufflepuff
crédits : © killers

MessageSujet: Re: polly jean — « like a virgin »   Jeu 18 Juin - 1:41

    • • présentation terminée
      j'en suis cette fois satisfaite, et à priori tout est bon, sauf ce que je pense être le code. Je ne suis pas allée plus loin dans l'histoire, ne connaissant pas à fond le contexte, et préférant voir ça au fur et à mesure de l'avancement du forum. C'est court, mais s'il manque quelque chose je n'hésiterais pas à changer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cute-crocodile.livejournal.com/
Miryà C. Weasley
mirià
boire de la vodka.aller chez ikea.



Féminin nombre de messages : 2982
age : 25
maison : — Gryffindor
crédits : ashmn

MessageSujet: Re: polly jean — « like a virgin »   Sam 20 Juin - 23:07

poufsouffle : )

_________________

    YOU ARE MORE STUPID THAN A BOWTRUCKLE. AND I AM MORE INTELLIGENT THAN A SUPER GEEK, UNDERSTOOD ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://priori-incantatum-rp.forumpro.fr
Jack E. Caldwell



Féminin nombre de messages : 1008
age : 25
maison : — Hufflepuff

MessageSujet: Re: polly jean — « like a virgin »   Dim 21 Juin - 10:27

POUFFFFYYYYYY <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: polly jean — « like a virgin »   Aujourd'hui à 22:31

Revenir en haut Aller en bas
 
polly jean — « like a virgin »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean Claude Duvalier retournera-t-il en Haiti ?
» Une interview de Jean Raspail
» Commentaires sur Wyclef Jean
» WOUYYYYYY SENATÈ JEAN HECTOR ANACASSIS DEKLARE L SE YON BANDI YON LWIJANBOJE
» Une bourgeoisie déracinée ! Par Jean Erich René

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Priori Incantatum :: ♦ ONCE UPON A TIME. . . :: — Répartitions. :: validé(s)-
Sauter vers: